Programmes bilingues à New York: le Québec veut s’impliquer

Cookies, pommes et café de Dunkin Donuts étaient de rigueur, lundi matin, à PS 84 dans l’Upper West Side. L’école publique, qui fut parmi les premières à lancer un programme bilingue français-anglais, accueillait la ministre québécoise chargée des relations internationales et de la francophonie Christine St-Pierre.

Accompagnée de l’ambassadeur de l’OIF auprès de l’ONU, Paul Robert Tiendrebéogo, et du délégué général du Québec à New York, Jean-Claude Lauzon, elle est venue montrer l’intérêt du Québec pour ces programmes d’immersion français-anglais, au nombre de 12 cette année à New York (sans compter ceux qui sont dans les cartons). Et voir comment la province peut s’impliquer.

Lire aussi: où sont les projets de programmes bilingues à New York?

Nous voulons faire valoir qu’en tant que société québécoise, nous avons des choses à dire. Nous avons de très bons auteurs, des artistes. On peut alimenter les programmes avec ce qu’on a. La maison-mère de la langue française, c’est la France. Mais le français se parle avec différentes perspectives, différentes cultures” , a confié la ministre.

Pendant près d’une heure, la directrice de l’école Robin Sundick, des parents et des enseignants du programme, ont vanté les mérites du programme, lancé par des parents d’élèves. “Nous avons des parents qui nous appellent du monde entier, de France, Belgique, des Caraïbes, de la Suisse…” , a souligné la directrice.

Mme St-Pierre indique que le Québec pourrait par exemple fournir aux programmes bilingues des émissions pour enfants produites par la chaine de télévision publique éducative et culturelle Télé-Québec, ainsi que des livres jeunesse. “Chez nous, nous avons réussi à sauvegarder le français, rappelle la ministre. On a de bonnes histoires à raconter sur l’immersion“. Le Département de l’Education new-yorkais veut lancer et renforcer 40 programmes bilingues (toutes langues confondues) en 2015.