Primaire de la droite et du centre: la campagne s’organise aux Etats-Unis

Alors que le deuxième débat de la primaire de la droite et du centre approche (3 novembre), la campagne s’organise de ce côté-ci de l’Atlantique.

Comme les autres expatriés, les Français des Etats-Unis pourront participer au scrutin en votant en ligne les 20 et 27 novembre. Mais pour eux, l’élection a commencé dès le 22 septembre, avec l’ouverture de la phase de pré-inscription en ligne. Celle-ci s’est refermée le 16 octobre. Des problèmes de paiement de la cotisation de deux dollars (liés à l’utilisation d’une carte de débit plutôt qu’une carte de crédit) et d’adresses e-mail ont été rapportés, mais plusieurs responsables LR contactés affirment qu’il s’agit de cas isolés. Au total, 6.569 électeurs se sont inscrits aux Etats-Unis, un contingent plus élevé que n’importe quel autre pays: c’est une personne de plus qu’en Suisse et plus de 1.000 de plus que le Royaume-Uni (5.229 inscrits), qui arrivent respectivement en deuxième et troisième place. Au total, 56.531 Français de l’étranger se sont pré-inscrits à la primaire de la droite et du centre et il reste 4.500 inscriptions à valider.

Les candidats ont compris tôt le réservoir à voix que pouvaient représenter les Français hors de France, en particulier aux Etats-Unis. Bruno Le Maire et Alain Juppé sont venus à New York en 2015, suivis par François Fillon en septembre, pour plaider leur cause lors de meetings publics et organiser des fundraisers. Des comités de soutien ont vu le jour dans plusieurs grandes villes. Alain Juppé, dont la candidature pourrait profiter d’une forte participation à la primaire, en compte huit aux Etats-Unis, dont un à Little Rock en Arkansas.

Lire aussi: Bruno Le Maire, entre politique et dessous sexy à New York

Les Fillonistes aussi s’organisent. On recense cinq comités américains (Los Angeles, Miami, Los Angeles, New York, Washington). Nicolas Sarkozy, qui s’est déclaré relativement tard, bénéficie aussi de groupes de soutien. Aucune liste officielle n’a été rendue publique, mais ses supporters se manifestent en Floride, à Atlanta et New York sur les réseaux sociaux. “Nous avons des responsables jeunes dans toutes les grandes villes: New York, Los Angeles, Washington et San Francisco” , précise Alexandre Cournol, le responsable pour DC.

Nicolas Sarkozy viendra-t-il faire campagne aux Etats-Unis ? Rien n’est moins sûr. En effet, tout candidat doit rendre compte de son budget de campagne à compter du 1er avril de l’année précédant l’élection présidentielle. Ce qui les fait réfléchir à deux fois avant de faire de longs – et coûteux – déplacements.

Lire aussi: Levée de verres et de fonds pour Alain Juppé à New York

Pour le moment, la campagne des primaires a essentiellement consisté en quelques réunions publiques et des appels à la mobilisation sur les réseaux sociaux. À New York, le comité de soutien d’Alain Juppé a réuni une soixantaine de personnes autour de l’ancien ministre de l’économie Thierry Breton. Et plusieurs représentants de candidats se sont livrés en juin à une présentation du programme de leurs poulains respectifs dans un restaurant.

Alors que le premier tour approche, la stratégie consiste à partager les enjeux de cette campagne par e-mail pour convaincre la communauté française à se mobiliser: “Avec une cinquantaine d’adhérents Les Républicains dans la circonscription, on se doute que la participation sera faible”, prédit Christophe Schuhmann, responsable LR local. “Mais avec le climat d’insécurité en France, la politique désastreuse des socialistes, et un président de la République à 12% d’avis favorable, on ne sait jamais.

À Miami aussi, on espère que les Français des Etats-Unis se mobiliseront. “Il y a plus d’un million de Français à l’étranger. C’est important, mais le taux de participation est faible. L’input de ces Français n’est pas assez intégré, reconnu ou analysé. Sur 65 millions de Français, nous sommes une force. Nous avons des choses à dire” , résumait Jacques Brion, référent de François Fillon aux Etats-Unis, fin septembre.

C’est au pied du mur qu’on connaît les hommes, commente pour sa part le sénateur Christophe-André Frassa, porte-parole de Nicolas Sarkozy pour les Français de l’étranger. On va tout faire pour mobiliser. Le vote par internet a été mis en avant comme un facilitateur de participation. Tout le matériel de vote est à la maison!” Les codes nécessaires pour voter seront envoyés à partir du 10 novembre.