Le premier bar à cidre ouvre dans le Lower East Side

Wassail

Wassail

162 Orchard St, New York

Site web

Le cidre fait son retour aux Etats-Unis. Vous avez bien lu: oui, le cidre, cette boisson qui n’a pas forcément une image très chic en France et que l’on boit avec sa galette oeuf-fromage.

Aux Etats-Unis, les ventes de cidre ont augmenté de 78% en 2013, selon une étude d’Impact Databank, qui mentionne aussi que le nombre de cidreries dans l’Etat de New York est passé de cinq à vingt-neuf en trois ans. D’autres études font état d’un doublement des ventes de cidre tous les ans. Son côté artisanal, local, naturel et sans gluten (contrairement à la bière) seraient à la source de ce renouveau, tandis que de multiples initiatives, comme la Cider Week de New York, ont aidé à développer la production et la consommation depuis quatre ans.

Dans ce contexte, l’ouverture d’un premier “bar à cidre” n’étonne point. Situé sur Orchard Street (Lower East Side), Wassail a pour ambition de faire découvrir aux clients les meilleures cidres du monde. Au total, le bar propose environ 80 références.

“Le cidre n’est pas très connu aux Etats-Unis, mais suscite une vraie curiosité. La plupart du temps, lorsqu’on dit ‘cider’ , les Américains pensent à un jus de pomme sucré, et pas à la boisson alcoolisée”, explique Jennifer Lim, la co-propriétaire, qui nous apprend que le cidre était très répandu aux Etats-Unis au XIXème siècle, avant de disparaitre peu à peu avec la prohibition, et se transformer en jus de pomme, parfois consommé chaud.

L’intérieur de Wassail ressemble à un pub classique, avec un beau parquet sombre et de grandes tables entourées de banquettes. La carte offre des cidres américains, espagnols, et beaucoup de cidres de Bretagne et de Normandie : Domaine Cecillon, Eric Bordelet, Cidre du Père Jules… Au total, une vingtaine de cidres français sont proposés, dont quelques poirés, et des cidres du Pays Basque. Les plus aventureux pourront commander un verre de Pommeau de Normandie (trois références) ou de Calvados (cinq références).

Attention, tout cela n’est pas donné : une bouteille de cidre Manoir du Kinkiz, Cornouaille AOP (l’un des préférés de la patronne) est facturée 36 dollars. Certaines bouteilles dépassent les soixante dollars. D’autres types de cidres moins chers sont servis au verre ou à la pression.

Pour accompagner tout cela, Wassail propose aussi divers plats végétariens censés se marier aux saveurs de la pomme: betteraves rôties avec pistaches et fromage de chèvre, burrata, choux-fleurs servis avec des noix de cajous et de la mâche, risotto, poireaux revenus au beurre de truffe… A faire passer avec un “trou normand”, avant d’attaquer le gâteau au chocolat ou les pommes pochées.

Jennifer Lim et son mari Ben Sandler, les propriétaires de Wassail, sont tombés dans le cidre en 2011. Cette année-là, ils ont ouvert Kickshaw, un restaurant à Astoria, dans le Queens. Le couple a participé à l’événement Cider Week et a commencé à se passionner pour cet alcool, jusqu’à faire un voyage en Normandie et en Bretagne pour découvrir des cidreries.

Ils ont proposé quelques références dans leur restaurant: les clients ont aimé, la sélection s’est agrandie. Les ventes de cidres représentaient un tiers de leurs ventes d’alcool. De quoi leur donner envie d’ouvrir un second lieu entièrement consacré au cidre, cette fois-ci dans le Lower East Side. Espérant ainsi que le cidre devienne la nouvelle boisson hipster. A New York, tout est possible.

Wassail

Wassail

162 Orchard St, New York

Site web