Pourquoi le sirop n’est-il pas répandu aux USA ?

Une grenadine à quatre heures de l’après-midi, un diabolo ou une menthe à l’eau à la terrasse d’un café ? Aux Etats-Unis, n’y pensez pas. Il est pratiquement impossible de trouver des bouteilles de sirops, à l’image de celles que l’on trouve en France dans n’importe quel rayon boisson pour deux ou trois euros.

Enfin, rien n’est jamais impossible : on en trouve en vente en ligne sur des sites spécifiques – mais il faut mettre le prix. Si bien qu’autour de vous, vous connaissez au moins une personne qui a rapporté une bouteille de sirop dans sa valise, à la place d’une bonne bouteille de Bordeaux.

“Les habitudes alimentaires sont tenaces ! Certains de nos classiques ont passé la frontière américaine et atteint les foodies, comme la moutarde forte ou les sablés, mais le sirop pas du tout. Les Américains sont tellement attachés aux soft drinks que le sirop n’arrive pas à faire concurrence. Mais il continue de manquer aux expatriés, raconte Marianne Prebet, la fondatrice du site Simply Gourmand, qui permet aux expatriés français d’acheter des produits français. Chez Simply Gourmand, le sirop est un best seller chez nos clients français basés aux Etats-Unis. La grenadine et la menthe font partie du top 5 des produits les plus vendus sur le site”. 

Comment expliquer qu’un produit si basique en France (les sirops sont la troisième catégorie de boissons en termes de part de marché, derrière les jus et les colas, mais bien devant les sodas, thés glacés, ou limonades) n’ait jamais trouvé sa place dans les placards américains ?

C’est d’une part une question de perception : un peu comme les surgelés, le sirop est perçu comme une boisson “de crise” sur laquelle on se rabat quand les fins de mois sont difficiles. C’est, en tout cas, ce que suggère un rapport d’Euromonitor de 2015 sur l’état du marché, qui explique que “le ralentissement ou la récession dans certains marchés développés” semble avoir stimulé le marché.

Ensuite, il faut le préparer, ce qui nécessite une petite logistique. Cécile Delannes, qui a participé au lancement Teisseire aux USA en 2001 et y a travaillé 15 ans, pense tout simplement que les Américains n’adhèrent pas au fait de devoir ajouter de l’eau à du sirop. “C’est une étape supplémentaire qui demande une tâche en plus et implique de suivre la notice au dos du packaging”.

En outre, son format n’est pas compatible avec une consommation “on the go”.  Résultat : il n’a jamais trouvé sa place à côté des boissons énergétiques, des sodas, des jus et eaux aromatisées : autant de catégories bien plus développées aux Etats-Unis qu’en France.

Toutefois, tout n’est pas perdu pour les générations biberonnées au Siro Nimo et à la grenadine Teisseire. Le marché des sirops aux Etats-Unis commence à frémir avec les “drops” – des sortes de sirops concentrés vendus dans de petites boîtes en plastique, dont on verse quelques gouttes dans son verre pour aromatiser son eau. Mais cela reste une niche, et le goût n’est pas toujours très convaincant.

Retrouvez les sirops Teisseire sur Le Marché partout aux Etats-Unis.