Pourquoi les Américains ont-ils autant de coussins et d’oreillers ?

Publicité de Pottery Barns / Pottery Barns

Dans les chambres américaines, un détail surprend souvent les visiteurs français: la quantité de coussins sur le lit. Il y en a parfois tellement que la plupart se retrouve sur le sol quand on essaie de se frayer un chemin sous la couette. Cette obsession se vérifie quand on regarde les publicités pour accessoires de chambre. Les lits sont très souvent recouverts de coussins décoratifs de toutes tailles et couleurs. Faites une recherche Google si vous ne nous croyez pas.

Les oreillers, utilisés pour dormir, n’échappent pas à la règle. Selon un sondage datant de 2011 de la National Sleep Foundation, groupe militant pour l’amélioration des conditions de sommeil aux Etats-Unis, les Américains utilisent en moyenne 2,2 oreillers pour dormir (28% en utilisent au moins trois). En 2012, la prolifération de ces appuie-têtes était telle que le New York Times s’est senti obligé de tirer la sonnette d’alarme: “l’explosion d’oreillers enterre l’Amérique“, a averti le quotidien dans une chronique parlant d’une “surpopulation” d’oreillers et d'”obsession” des Américains pour cet objet.

Pourquoi les Etats-Unis les aiment-ils tant ? Pour Bruce Feiler, l’auteur de la chronique du Times, le phénomène provient notamment de l’industrie hôtelière, qui a commencé à la fin des années 90 à utiliser l’image de l’oreiller et du coussin pour promouvoir des chambres confortables et reposantes. Certains hôtels haut-de-gamme, dit-il, vont jusqu’à offrir un “menu” d’oreillers dans lequel les clients peuvent sélectionner leur favori avant leur arrivée. Il cite l’exemple du Benjamin Hotel à New York, dont le menu compte douze oreillers. Les “best sellers” seraient le “Cloud”, équipé d’une technologie qui permet de maintenir la tête au frais pendant la nuit, et le “Lullaby”, qui diffuse de la musique au moyen d’un système audio très sophistiqué.

La passion des Américains pour la literie n’est pas nouvelle. Dès le XVIIIe siècle, les familles les plus aisées commencent à investir dans leurs chambres, en particulier leur lit (qui était jusqu’alors très sommaire). Ils mettent leur argent dans des matelas et dans des oreillers, autant de signes extérieurs de richesse. La tendance se démocratise après la Guerre de Sécession en 1865. “L’Amérique entre à ce moment-là dans l’ère de la consommation. Il fallait améliorer le confort domestique”, explique Roger Ekirch, spécialiste de l’histoire du sommeil à l’université Virginia Tech.

Pour l’expert, les oreillers, comme les coussins qui ornent les lits, sont devenus une manière simple et peu coûteuse d’habiller les chambres. “Les Américains sont portés sur l’ostentatoire. Les oreillers et les coussins sont faits pour les yeux avant tout“. Il précise qu’il en a lui même plusieurs sur son lit, mais il reconnait que c’est “peu pratique“. “Ils terminent en général par terre, ce qui fait plaisir au chien, lance-t-il. Il y a trois-quatre siècles, en Europe, les coussins et les oreillers avaient plusieurs fonctions, dont le sommeil. Ils étaient aussi utilisés pour être montrés aux voisins et aux amis. Aujourd’hui, sauf si votre maison est en train d’être prise en photo, je n’en vois pas l’utilité. Ils servent uniquement à satisfaire un besoin personnel et décoratif, pas fonctionnel“.

La multiplication récente des oreillers et leur sophistication grandissante (peut-on parler des oreillers infusés à la camomille s’il vous plait ?) sont symptomatiques, d’après l’historien, des problèmes de sommeil que rencontrent les Américains. Le Center for Disease Control (CDC), l’agence fédérale de santé publique, a estimé en 2016 qu’un tiers de la population dormait moins longtemps que la durée recommandée, entrainant des accidents et des problèmes de santé (obésité, dépression, maladies cardiaques…).

On pense que le moins nous dormons, plus notre sommeil doit être parfait. D’où notre obsession grandissante pour les médicaments qui nous aident à dormir, les matelas très chers et les nouvelles formes d’oreillers dont les bienfaits ne sont pas prouvés, observe Roger Ekirch. Nous passons notre journée à boire du café et des boissons énergisantes pour lutter contre les effets du manque de sommeil. Tout ceci est utilisé par les grandes entreprises spécialisées dans la literie pour nous vendre leurs produits”.