Tout savoir sur “March Madness”, l’événement basket de l’année aux US

Crédit photo: Facebook Duke Men's Basketball

C’est l’un des plus grands événements sportifs de l’année aux Etats-Unis. Du 17 mars au 8 avril, les Américains délaisseront la NBA pour la folie de “March Madness”. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce tournoi de basket.

Qu’est-ce que c’est ?

Organisé chaque année depuis 1939, “March Madness” est le tournoi de basket universitaire américain (NCAA Division I Men’s Basketball Tournament) disputé à la fin de la saison régulière. Il regroupe 68 équipes des quatre coins des Etats-Unis qui s’affrontent dans des matches à élimination directe pour le titre de champion du pays. Ce gigantesque tournoi étalé sur trois semaines donne lieu à des résultats imprévisibles et des scénarios de matches fous, qui passionnent les Américains.

Pourquoi un tel engouement?

“March Madness” se joue autant sur le terrain que dans les tribunes. Le sport universitaire étant très suivi aux Etats-Unis, le basket ne fait pas exception à la règle avec ces stades pleins à craquer, et ses supporteurs surexcités. L’ambiance y est bien plus déjantée qu’en NBA. La forme du tournoi à élimination directe participe à l’engouement collectif. Elle donne lieu à des matches au suspense total et à des surprises qui rendent presque impossible tout bon pronostic.

“March Madness” est également pour beaucoup de joueurs le dernier tremplin avant la NBA, et donc l’occasion pour les spectateurs de voir jouer les stars de demain. Enfin, le tournoi génère plusieurs millards de dollars grâce aux droits TV et à la publicité, la compétition étant diffusée par des grandes chaînes américaines comme TBS, TNT, TruTV ou CBS. A titre d’exemple, les diffuseurs ont empoché 1,24 milliard de dollars en revenus publicitaires en 2017. On estime cependant à 6 milliards de dollars les pertes pour l’économie américaine puisque les matches de “March Madness” se jouent en semaine pendant les horaires de bureau.

Organisation

Le championnat universitaire américain (NCAA) est réparti en 32 conférences. Les universités victorieuses de ces 32 conférences sont directement qualifiées pour le tournoi de “March Madness”: on les appelle les “automatic bids”. Les 36 autres équipes sont sélectionnées par un comité composé de commissaires et directeurs sportifs issus des universités et des conférences (on parle de “at-large bids”). Ce vote, qui aura lieu cette année le 17 mars, est appelé “Selection Sunday”.

Le même jour est constitué la structure du tournoi avec 4 groupes régionaux de 16 équipes. A un détail près: parmi ces 68 équipes en lice, les 4 moins bonnes équipes vainqueurs de leur conférence (“automatic bids”) doivent d’abord affronter les 4 moins bonnes équipes repêchées (“at-large bids”) dans un tournoi préliminaire (matches prévus entre le 19 et 20 mars). Il s’agit du “First Four”. Les 4 équipes gagnantes intègrent définitivement le tournoi composé de 64 équipes. Il s’agit du “First Round” qui sera joué les 21 et 22 mars.

Les 32 équipes qualifiés participent ensuite au “Second Round”, puis les 16 équipes suivantes au “Sweet 16”, et les huit restantes au “Elite 8”. “March Madnes”s se termine par un “Final Four”, l’équivalent des demi-finales, qui regroupe les quatre dernières équipes en lice, puis par la grande finale “National Championship”, qui sera jouée le 8 avril. 

Pourquoi appelle-t-on le tournoi “March Madness”?

C’est la chaîne CBS -l’un des diffuseurs du tournoi- qui a utilisé en premier le terme de “March Madness” lors du tournoi de 1982. Le terme, resté depuis, représente à merveille l’engouement et la ferveur qui entoure l’événement pendant les trois semaines de compétition.

Remplir son “bracket”

C’est une tradition partagée par plus de 40 millions d’Américain(e)s avant le tournoi. Celle de pronostiquer sur l’intégralité des matches en remplissant sur les sites de paris ou entre ami(e)s son “bracket”, soit son tableau du tournoi. Même l’ancien président américain Barack Obama s’y colle chaque année. En 2018, pas moins de 10 millards de dollars ont été pariés sur “March Madness”, c’est plus de deux fois plus que pour le Superbowl. Voici une version imprimable pour remplir votre “bracket”.

Les derniers vainqueurs et équipes à suivre

Les Wildcats de Villanova University (Pennsylvanie) ont remporté le troisième “March Madness” de leur histoire l’année dernière face aux Michigan Wolverines après deux premières victoires en 1985 et en 2016. Ils devront cependant remporter le tournoi de leur conférence (du mardi 13 au 16 mars prochain) pour espérer se qualifier directement pour “March Madness”. Parmi les autres équipes à suivre, UCLA (Los Angeles) détient le record de victoires dans le tournoi avec onze trophées. Il faudra également surveiller les performances de deux équipes réputées de Caroline du Nord, les Duke Blue Devils et les North Carolina Tar Heels, et compter sur les deux meilleures équipes actuelles du pays, les Gonzaga Bulldogs (Etat de Washington) et les Virginia Cavaliers (Virginie).

Les joueurs à suivre

C’est LE joueur de tous les superlatifs: un monstre physique, de vitesse et d’adresse au shoot. L’ailier fort des Duke Blue Devils Zion Williamson sera à n’en pas douter la sensation de ce “March Madness” 2019. Régulièrement comparé à LeBron James, ce poids lourd de 2,01 mètres pour 129 kilos devrait être le premier joueur drafté en NBA après le tournoi. Ses co-équipiers R.J. Barrett et Cam Reddish font également partie des meilleurs joueurs de la ligue. Markus Howard (Université Marquette de Milwaukee) est l’un des meilleurs marqueurs et Brandon Clarke (Gonzaga) le meilleur défenseur. Plusieurs joueurs français devraient être en lice dans le tournoi. Parmi eux, la sensation de Wake Forest University (Caroline du Nord) Jaylen Hoard, déjà promis à un brillant avenir en NBA.