Pourquoi DC n’est-il pas un Etat ?

Si on appelle Washington DC le “District of Columbia”, c’est bien parce que la capitale n’a pas le statut d’Etat. Plus qu’un choix historique, c’est encore et toujours une décision politique qui divise les démocrates et les républicains.

Washington DC n’a pas toujours été la capitale des Etats-Unis. George Washington a d’abord pris ses fonctions à New York. Puis, la capitale a été déplacée à Philadelphie, où elle s’est établie pendant une décennie.

DC était un compromis entre les Pères fondateurs des Etats-Unis, notamment Alexander Hamilton et Thomas Jefferson. Le premier voulait d’une capitale située dans le nord, alors que le second, issu du sud, craignait qu’elle soit exposée aux influences des puissances économiques et financières, très présentes dans la région.

Pas de représentation au Congrès

Désireux d’en faire un terrain neutre, les “Founding Fathers” ont décidé que la capitale n’aurait pas le statut d’Etat et l’ont inscrit dans Constitution des Etats-Unis. L’article 1, section 8, clause 17 explique que “le Congrès aura le pouvoir… d’exercer le droit exclusif de législation, en toute matière, sur tel district (d’une superficie n’excédant pas 10 miles au carré) qui, par cession d’États particuliers et sur acceptation du Congrès, sera devenu le siège du gouvernement des États-Unis.” En clair, les Etats ne sauraient transférer le pouvoir à un autre Etat. 

Lorsque la capitale a été officiellement transférée à Washington en 1790, les habitants ont ainsi perdu leur droit de vote au Congrès et au collège électoral (instance chargée d’élire le président), ainsi que leur mot à dire dans les amendements constitutionnels. Heureusement pour les résidents, les membres du district ont remporté une victoire en 1961 avec l’adoption du 23e amendement à la Constitution, qui leur accorde trois voix au collège électoral.

L’élection présidentielle de 1964 marque la première fois que les habitants de DC ont réellement leur mot à dire pour choisir qui siégera à la Maison-Blanche. Au Congrès, DC ne compte qu’une “délégation fictive” nommée “shadow US Senator” en anglais. Il s’agit de représentants siégeant au Congrès qui peuvent s’exprimer, mais ne peuvent voter.

Une lutte politique jusqu’à nos jours

À ce jour, DC ne dispose pas de droit de vote au Congrès et le gouvernement fédéral conserve la juridiction sur la ville. La raison pour laquelle le Congrès -qui doit réunir une majorité des deux-tiers- se refuse de passer un amendement qui permettrait à Washington DC d’avoir un représentant est purement stratégique: la ville est à majorité démocrate, ce qui donnerait un vote au sein du Congrès à la gauche américaine. 

Les partisans de la reconnaissance de DC comme Etat sont nombreux dans la ville, comme la Congresswoman de Washington DC Eleanor Holmes Norton qui, en janvier 2019, a présenté un projet de loi bénéficiant d’un soutien sans précédent. Des soldats du district de Columbia ont servi aux côtés de leurs compatriotes dans chacune des guerres américaines de notre histoire. Cependant, lorsque ces héros rentrent chez eux dans la capitale, ils ont moins de voix et ne votent pas au sein de leur propre gouvernement qu’ils viennent de défendre”, a dit Eleanor Holmes Norton dans un communiqué de presse, lors de Memorial Day.

Pendant des années, les plaques d’immatriculation locales marquées de la phrase “Taxation Without Representation” montraient déjà que les citoyens n’appréciaient pas de payer des impôts alors qu’ils n’avaient pas de droit de vote au Congrès. En 2016, les conseillers municipaux ont décidé d’aller plus loin avec l’actualisation du slogan, le changeant pour “End Taxation Without Representation“, que l’on croise de plus en plus dans les rues de la capitale.