Paws en Vogue: le bio pour les bêtes

Crédits : Paws En Vogue

Voici une bonne nouvelle pour nos lecteurs à quatre pattes : un nouveau site de vente, Paws En Vogue, leur propose des produits bio et des articles exclusivement issus du commerce équitable.

J’ai souhaité associer mon amour des animaux à ma passion pour l’écologie“, explique Anne-Sophie Kergaravat, la Francaise de New York a l’origine de la petite entreprise. L’idée de monter un e-commerce aux Etats-Unis remonte au temps où elle travaillait dans une start-up de design en Chine. Son expertise s’est par la suite renforcée dans une boîte de consulting dans le développement durable, au coeur de la Big Apple. “Je me suis rendue compte que les animaux ne bénéficiaient pas de produits bio“, explique-t-elle.

Anne-Sophie Kergaravat se renseigne, fait des recherches, et finit par démissionner pour se consacrer entièrement à ce qui deviendra Paws En Vogue. Rien à voir avec le magazine, si ce n’est pour suggérer des produits “de très bonne qualité et abordables” et faire un clin d’oeil à la “French Touch”.

Le site – disponible uniquement en anglais – propose des accessoires, vêtements et jouets 100% bio, fabriqués au Etats-Unis et au Canada. “C’est une démarche équitable de bout en bout. Nous avons contacté les fournisseurs les plus proches de nous pour réduire la pollution. En plus, on fait travailler la main-d’oeuvre locale.” Pour l’instant, la livraison se limite aux Etats-Unis.

Si quelques sites pour animaux proposent également une offre bio et respectueuse de l’environnement, la plupart, selon la jeune entrepreneuse, ne respectent pas cette démarche. “Quitte à être une petite entreprise, on préfère rester fidèle à nos principes“, assure-t-elle.

Séduite par la mentalité et l’énergie positive de New York, Anne-Sophie Kergaravat compte sur le bouche-à-oreille, les réseaux sociaux, et le networking pour faire évoluer son e-commerce. Fille de vétérinaire, elle pense notamment à intégrer une dimension nutritionnelle à Paws En Vogue. “La nourriture bio pour animaux se développe plus aux Etats-Unis qu’en France“.