Patricia Beliard: le golf au féminin à Houston

Elle fêtera le 14-Juillet sur le green. Patricia Beliard est à Chicago pour participer à l’U.S. Senior Women’s Open Championship, dont la première édition se tiendra du 13 au 15 juillet. A 51 ans, elle fait partie des 40 golfeuses sélectionnées pour cette première édition féminine et senior du tournoi, réservé aux femmes de plus de 50 ans. Elle est, avec Anne-Marie Pallie, l’une des deux Françaises qualifiées.

Ancienne skieuse de haut niveau, elle s’est tournée vers le golf après s’être blessée sur les pistes. “Depuis, c’est devenu une véritable passion”, explique celle qui est installée au Texas depuis une vingtaine d’années.

Lorsqu’elle ne parcourt pas la planète pour les tournois, Patricia Beliard enseigne le golf à ses élèves de Houston et organise des événements “golfiques” pour les grandes entreprises. Pourquoi Houston ? “Il y a très peu de tourisme, du coup les greens sont libres… La culture golfique est très développée. En France, le golf ne s’est pas encore démocratisé. Aux Etats-Unis, l’entrée des parcours est libre. Les Américains commencent très jeunes – j’ai des élèves de 8 ans – et pratiquent le golf en équipe dès le lycée. Enfin, au Texas, le climat permet de pratiquer toute l’année.

À Chicago, elle concourra sur un parcours composé de 72 trous pour une dotation d’un million de dollars. “Cet événement destiné aux femmes me tient vraiment à coeur, car le golf est un sport encore très masculin. D’habitude, je participe à des compétitions avec beaucoup de jeunes joueuses. À Chicago, je serai parmi les plus jeunes”. Pendant le tournoi, la joueuse française pourra croiser les meilleures joueuses du circuit : l’Anglaise Laura Davies, ex-numéro 1 mondial, l’Américaine Juli Inkster et la Suédoise Liselotte Neumann.

La joueuse va découvrir pour la première fois le célèbre parcours du Chicago Golf Club, l’un des plus anciens aux Etats-Unis. “J’arrive toujours quelques jours avant le tournoi pour tester le parcours, car le green change beaucoup d’une région à l’autre, et il faut quelques jours pour bien connaître le parcours et le maîtriser.” Comment s’est elle préparée ? “Je m’entraîne deux à trois heures par jour. C’est un sport très complet : garder le même swing pendant quatre heures demande de fortes qualités physiques, mais aussi une grande force mentale.