La passion cachée de Santa Barbara pour le caricaturiste Daumier

Depuis quelques semaines, les visiteurs ont pu remarquer la fermeture de plusieurs salles et galeries du Santa Barbara Art Museum. Bien que celui-ci soit toujours accessible au public et n’ait pas diminué le nombre d’oeuvres exposées, un vaste chantier de rénovation a été entamé en coulisses.

A terme, le SBMA devrait augmenter sa surface d’exposition, et sera en mesure de dévoiler des pièces conservées dans la réserve de sa collection permanente. Parmi elles, une extraordinaire collection de dessins satiriques français, dont l’oeuvre complète d’Honoré Daumier. “Nous l’avons obtenue grâce à de généreux donateurs et collectionneurs d’art”, explique Katrina Carl, responsable des relations publiques de ce vaste musée, qui accueille 100.000 visiteurs par an.

En 2010, Robert Light a ainsi fait don de 1.737 lithographies de l’artiste. Environ 25 ans plus tôt, Albert et Dana Broccoli nous avaient confié 870 lithographies et une sculpture sur bois de Daumier. A ceci s’ajoutent 56 oeuvres de Daumier transmises par Michael Wilson entre 1985 et 1996. Grâce à eux, le SBMA possède désormais l’intégralité de l’oeuvre répertoriée de l’artiste.”

Ce dessin d'Honoré Daumier publié le 26 janvier 1848 dans le journal "Le Chairvari", fait partie de la collection du SBMA.
Ce dessin d’Honoré Daumier publié le 26 janvier 1848 fait partie de la collection du SBMA.

Fragile et sensible à la lumière, le travail de ce caricaturiste français sera exposé avec parcimonie. “Nous allons mettre en place un éclairage plus doux et non dirigé vers les oeuvres. La rotation de ses lithographies sera effectuée régulièrement afin qu’elles ne se dégradent pas. La présence artistique de Daumier sera toutefois constante.”

Au coeur du SBMA, la galerie Ridley-Tree présentant l’art européen devrait elle aussi bénéficier d’un “rafraîchissement et agrandissement”. Comprenant des toiles de Monet, Renoir, Delacroix, Rousseau, Matisse, Corot ou Sisley, cet espace est, de loin, le plus prisé du musée. “Il est difficile d’y toucher sans perturber les visites, mais nous comptons tout de même l’améliorer.”

Si le fonctionnement du musée ne sera pas affecté par ces modifications, les habitués devront prendre leur mal en patience : le chantier devrait s’étendre sur une période de 6 à 10 ans.

Il s’agit d’améliorer la résistance du bâtiment aux mouvements sismiques, mais aussi de moderniser la structure, et d’augmenter les espaces d’exposition, afin d’ajouter des galeries pour la photographie, l’art contemporain et les nouveaux médias.” Les travaux de rénovation devraient permettre au musée – actuellement de 5.600 m2 – d’augmenter sa surface d’exposition d’environ 20%.