The Little Shop, le “salon de cocktails” caché au fond d’une épicerie dans le Seaport District

Anna Bazhenova et Philippe Boujnah, fondateurs The Little Shop

En rade de dentifrice ou de camomille ? Attention, vous avez vite fait de commander un cocktail au bar caché de la bodega du 252 Front St.

The Little Shop, c’est d’abord une épicerie style « Deli » avec pas moins de 1000 produits, avec un coin café, où l’on démarre la journée avec un bon sandwich « bacon egg and cheese » ou un croissant, et un café à $1,50.   

« C’est le café le moins cher du quartier, se réjouit Philippe Boujnah, 42 ans, expatrié né à Cannes à l’origine du projet, et c’est du très bon café. Il faut que la bodega soit utile pour le quartier, pour ses parents d’élèves plutôt aisés mais aussi pour ceux qui bossent à l’hôtel d’à côté ».

Mais derrière l’épicerie où l’on peut se réveiller à partir de 7:30 am, se cache un autre endroit, où l’on peut finir la journée, avec cocktail et tapas. 

« Ca fait longtemps que j’avais envie d’un endroit comme ça dans le quartier .. en fait, j’ai ouvert cet endroit pour moi » plaisante le père de famille, installé depuis 20 ans dans le quartier de Seaport dans le sud de Manhattan, avec sa femme et ses trois filles.

Le déclic, c’est sa rencontre avec sa jeune partenaire dans le projet Anna Bazhenova, Américaine d’origine Russe de 15 ans sa cadette qu’il rencontre dans leur milieu professionnel : la publicité. Leur duo, c’est selon lui ce qui va faire la différence : « Je suis un père de famille bien installé dans le quartier, et elle c’est une jeune femme, entrepreneuse, avec tout un univers différent, un cercle plus jeune et plus branché ».

Un joli mix, qui se retrouvera tous les soirs à partir de 5 pm, derrière l’étagère à chips et autres snack de la Bodega, dans le « salon de cocktail » comme il l’aime l’appeler « car de jour ça pourrait très bien être un salon de thé anglais, en plus rock n’roll ». L’entrepreneur français n’aime pas vraiment parler de Speakeasy. « On a voulu faire un endroit accessible, aussi lumineux que possible, ouvert à tous, sans mot de passe. C’est un bar de quartier caché derrière une bodega, sans prétention ».

Sans prétention, mais avec du goût. Au Little Shop, vous avez peu de chance de boire ou de manger dans le même verre ou la même assiette. Et pour cause, chaque pièce est unique et a été chinée. « On est tous les deux très internationaux, et on a fait un endroit très cosmopolite, les meubles, la tapisserie, les tableaux, tout vient de partout ».

La carte de tapas, disponible toute la soirée, offre des empanadas, une petite soupe de tomate, une burrata, des shishitos peppers, et bien sûr du fromage et de la charcuterie à déguster avec un bon vin. Le coup de coeur du patron : la rillette de poisson. « Ca résume bien notre état d’esprit : un dip très raffiné, que l’on sert avec les chips de la bodega ».

L’épicerie elle, reste ouverte jusqu’à ce que le bar ferme, minuit la semaine et 2 heures du matin le week-end. « Il n’y a rien de comparable dans le quartier. On peut boire un verre en fin de soirée et ressortir avec du lait pour le lendemain matin ou un pack de bière pour finir la soirée à la maison ».