Où camper autour de Los Angeles en toute légalité

Escale camping dans le désert de Mojave /Photo S.C.

Après deux mois de confinement, les envies de grand air sont de plus en plus pressantes. Même si quelques parcs, randonnées et plages sont de nouveau accessibles à Los Angeles, cela ne suffit pas toujours. Les hôtels restent fermés et les mesures de “javélisation” des Airbnbs ne rassurent pas vraiment. La meilleure solution qui s’offre reste le camping, d’autant que nombre de “campgrounds” ont rouvert leurs portes depuis le week-end de Memorial Day.

Très peu fréquenté, le désert des Mojaves se trouve entre Los Angeles et Las Vegas (à 3h30 de la cité des anges plus exactement). Et pourtant, il vaut le détour avec ses paysages divers et sa quiétude. Comme les “campements” officiels restent fermés, on vous conseillera de poser vos affaires dans l’une des zones dédiées au camping sauvage. Et elles sont nombreuses : vous pouvez établir votre campement sur les petits chemins parsemés de Joshua trees de la Morning Star Mine Road (il suffit de s’enfoncer), entre l’A15 et Cima ; ou encore sur les chemins de terre perpendiculaires à la Kelbaker road (direction Kelso, en venant de l’autoroute 40, SUV recommandé). Qui dit camping sauvage, dit confort minimum. Il faudra penser à amener les galons d’eau, la douche portative et ne pas avoir peur de faire ses besoins dans la nature. La nuit à la belle étoile passée, vous pourrez profiter des nombreux trésors dont dispose ce parc : les Kelso dunes sur lesquelles on peut se hasarder à grimper (1h15 de montée pour atteindre le sommet) ou la randonnée Hole-in-the-Wall Rings Trail (2,5 km), toujours accessibles. En revanche, munissez-vous d’une carte car le Visitor Center est toujours fermé.

Plus au sud, le désert de Joshua Tree a rouvert ses portes, pour le plus grand plaisir des Angelinos. Jusqu’au 4 septembre, aucune réservation n’est possible, le principe étant “premier arrivé, premier servi” pour le camping. Sur place, nous vous recommandons le Jumbo Rocks, le Hidden Valley ou le campground d’Indian Cove (30 dollars la nuitée par site, en plus des fees pour l’entrée du parc), dans lesquels vous vous retrouverez encerclés par les formations rocheuses lunaires. Vous pourrez disposer sur place d’un coin pour le feu, de tables de pique-nique et de toilettes. Outre les offres de randonnées variées, avec une petite préférence pour le Ryan Mountain Trail et le Los Palms Oasis, le site reste l’un des plus magiques pour observer les étoiles en Californie. Seul bémol : les températures grimpent drastiquement en été, faites attention.

Pour ceux qui préfèrent l’air frais, on optera pour la forêt. A l’est de L.A., celle de San Bernardino, qui comprend notamment le Big Bear Lake, a ouvert certains terrains de camping – emplacements à réserver en ligne, les douches restent fermées. Nous vous recommanderons alors d’établir le camp à Dogwood Family Campground ($37 à $70) pour observer la floraison printanière, non loin du majestueux Lake Arrowhead. Chaque spot (il y en a 93) offre suffisamment d’intimité. Non loin de là, à Angelus Oaks, se trouve le North Shore Family (28 emplacements, de $25 à $56 la nuit), niché au coeur d’une forêt de chênes et de conifères. Celui de Barton Flats ($33 à $70) offre un accès au lac Arrowhead et à la rivière, ainsi qu’à des sentiers de randonnée. Sans réservation mais “first come, first serve”, le South Fork family Campground offre 24 sites à la fraîche. Ils disposent tous d’un accès à l’eau potable, d’un coin feu et de tables de pique-nique.

En revanche, les terrains de camping de la Los Padres National Forest (Ojai et Santa Barbara) restent fermés. Ceux gérés par des entreprises privées pourront rouvrir au 1er juin. Quant à la Sequoia National Forest, au coeur des montagnes, les campgrounds vont ouvrir leurs portes au compte-goutte à partir du 7 juin.