“On est dans le flou”: les galas franco-américains face au Covid-19

Capture d'écran du gala virtuel de Surgeons of Hope (SOH) sur Vimeo

Novembre, c’est le mois des galas pour nombre d’associations franco-américaines. Mais Covid-19 oblige, elles ont dû revoir leur copie.

Au lieu d’organiser les traditionnels grands rendez-vous avec des dizaines voire centaines de personnes en habits de soirée, avec champagne, petits-fours et commissaires-priseurs, elles ont du basculer en ligne pour la toute première fois. “On est complètement dans le flou“, résume Sylvie Epelbaum, la présidente de l’Entraide française, une association qui vient en aide aux Franco-Américains en détresse à New York. La petite association de volontaires motivés, en première ligne dans le soutien aux personnes affectées économiquement par la Covid, devait organiser son gala au consulat, comme chaque année. Au lieu de ça, elle donne rendez-vous à ses soutiens sur Zoom le 20 novembre pour une soirée gratuite mélangeant musique, discours et lectures de lettres de bénéficiaires de l’Entraide française.

Il y aura aussi les habituelles enchères, mais cette fois les enchérisseurs seront invités à lever leur main virtuellement via Zoom. “Nous faisons des répétitions pour nous assurer que tout fonctionne”, précise Sylvie Epelbaum. Tout annuler n’était pas une option, surtout en ce moment: l’Entraide française apporte notamment une aide financière aux individus qui n’ont plus les moyens de payer leur loyer. “On est petit, on n’a rien à perdre. C’est beaucoup de travail. On n’en connaît pas le rendement, mais il faut le faire. Cela aurait été pire de ne rien faire. Notre gala sera d’une grande chaleur“.

Les galas représentent souvent la principale source de revenus des “non profits”. Ils permettent de financer les programmes divers offerts par ces associations, tout en offrant aux invités la possibilité de réseauter et de se montrer. Organiser un gala virtuel comporte des risques et des obstacles: possibles problèmes de connexion, limitation du nombre de participants sur les plateformes, interrogations sur le juste prix des tickets et sur la durée de l’évènement alors que “la Zoom-fatigue” guète… “D’habitude, il y a des modèles ou des bonnes pratiques auxquelles on peut se référer pour monter un événement. Mais les galas virtuels sont nouveau pour tout le monde“, résume Jennifer Herlein, directrice de l’association French Heritage Society (FHS), dont le gala aura lieu le jeudi 19 novembre.

FHS a fait le choix de maintenir des prix de tickets élevés (de 300 à 10 000 dollars), même si l’événement sera entièrement virtuel cette année. “Beaucoup de personnes nous ont soutenu et comprennent que c’est important“, explique la directrice. Celle-ci s’attend à ce que ce gala 2020 génère un tiers des revenus des galas classiques, mais elle compte sur un invité de marque, le décorateur Robert Couturier, et un mélange de discours et de vidéos pour dynamiser la soirée, présentée comme un “bal virtuel” qui permettra aussi aux invités de faire du “networking” dans des “salles” virtuelles.

Le FIAF (French Institute Alliance Française), qui espère lever entre 250 000 et 300 000 dollars (contre entre 1,5 et 2 millions en temps normal) lors de son “Petit Gala Outside The Box”, lundi 16 novembre, a opté pour une soirée hybride. Au programme: une série de spectacles retransmis sur Vimeo et un dîner en présentiel limité à dix personnes dans son bâtiment de Manhattan (au lieu des 500 attendues à l’hôtel Plaza). “Notre désir de diffuser la culture française demeure au centre de notre ambition. Covid ou pas, il faut toujours avoir l’ambition de faire mieux, et il faut financer tout ça”, déclarait Marie-Monique Steckel, directrice du FIAF, à French Morning la semaine passée.

Les enchères, moment fort de tout gala, sont aussi devenues un casse-tête: comment reproduire sur Zoom la dynamique créée dans une salle par le commissaire-priseur ? Et quels lots soumettre aux plus offrants ? Alors que ces lots comprennent traditionnellement des séjours en France ou des voyages dans des destinations paradisiaques offerts par les sponsors, les restrictions imposées sur les voyages à l’international compliquent la donne. La Chambre de commerce franco-américaine de San Francisco (FACCSF), qui organise sa très attendue Soirée le 18 novembre en présence de deux grimpeuses autour du thème de la persévérance, a ainsi opté pour des lots gastronomiques et des équipements de sport. “Les voyages sont plus incertains. Par ailleurs, certains des nos partenaires sont en difficulté à cause du contexte économique. On ne se voyait pas leur demander de nous donner des lots“, explique Laurence Fabre, la directrice de la FACCSF. Malgré les défis, la Française pense que le montant des fonds levés cette année “se rapprochera” des années passées. “Le gros avantage du digital, c’est qu’on a des frais moins importants. On n’a pas besoin de louer une salle, par exemple. En temps normal, nous arrivons toujours à couvrir les frais d’organisation, environ 100 000 dollars, mais c’est une prise de risque. Cette année, le risque financier est moins important“, confie-t-elle.

Les invités de La Soirée auront la possibilité de se faire livrer une “box” alimentaire. Ils pourront également se faire prendre en photo dans un photomaton virtuel Ubersnap et se rendre dans des “breakout rooms” pour varier les expériences. “Le défi va être l’engagement. Il faudra varier le rythme, aider le public à naviguer entre les interviews, l’app photo, les enchères…, poursuit la responsable. Nous faisons cela dans un esprit start-up. Il ne faut pas s’attendre à une production Netflix !

Les associations n’ont pas toutes décidé de basculer dans le virtuel. Les American Friends of Blérancourt, qui lève des fonds pour soutenir le musée franco-américain du Chateau de Blérancourt en Picardie, ont décidé d’annuler leur gala du 11 novembre, qui devait honorer l’actrice Angelina Jolie. “Dans la mesure où les clubs new-yorkais où nous faisons nos galas sont fermés, on ne pouvait pas organiser de gala cette année“, précise Franck Laverdin, le président de l’association. Même si le gala est “un moment-phare” pour la “non profit”, le responsable précise que ses donateurs ont donné de l’argent d’eux-mêmes. “Nous sommes dans une époque où chacun fait attention à son budget. Nous ne voulions pas insister“.