Olivier Piton, la carte américaine de Frédéric Lefebvre

Le poste était convoité, notamment par certains “notables” UMP qui espéraient ainsi un lot de consolation après avoir vu l’investiture du parti leur échapper. Mais Frédéric Lefebvre a finalement choisi un proche politique, Olivier Piton.

Avocat installé à New York, où il vit avec sa femme et leur fille,  et Washington, Olivier Piton a débuté en politique dans les années 1990 auprès de Jacques Barrot, son “mentor”. Il a été conseiller politique de Jean-Pierre Raffarin de 2002 à 2005, avant d’être nommé à l’Ambassade de France à Washington où il a dirigé la “cellule attractivité”, chargée d’aider les entreprises françaises à s’implanter aux Etats-Unis. Il a ensuite créé son cabinet d’avocat à Washington et à New York.

Frédéric Lefebvre “cherchait quelqu’un dont le profil soit similaire à celui de beaucoup des Français d’Amérique du Nord”, explique Olivier Piton, qui estime que son parcours de Français ayant créé son propre cabinet “correspond à celui de beaucoup de Français venus ici tenter leur chance”. Pour Frédéric Lefebvre, dont l’absence d’attaches américaines a souvent été critiquée par les sympathisants locaux de l’UMP et les candidats dissidents, le recrutement d’Olivier Piton vise donc notamment à cocher la case “local”.

En tant que suppléant, Olivier Piton a l’intention de participer “pleinement à la campagne” qui jouera à plein la carte de “l’équilibre des pouvoirs”:Nous allons tenter d’expliquer que la France ne peut pas remettre tous les pouvoirs à un seul parti”.