Olivier Masurel prend l’air au Texas

Pour en savoir plus

 

Le site du championnat du monde

Olivier Masurel, 33 ans, adore planer.

Ce pilote originaire de Bayonne va découvrir le Texas lors du championnat mondial de voltige qui aura lieu du 9 au 20 octobre sur l’aérodrome de Perrin Field, près de Sherman dans le nord-est du Texas.

Depuis « tout gamin » et sa passion pour l’aéromodélisme, Olivier Masurel rêve de s’envoler. A 17 ans, il effectue son premier décollage. Mais ce n’est que pendant son école d’ingénieur qu’il commence la voltige. Après avoir été instructeur à Dijon, il est maintenant indépendant et vole au gré de ses missions. « En France, on apprend à piloter grâce à un super réseau associatif. Aux Etats-Unis, les gens n’hésitent pas à acheter leurs propres avions. C’est une autre mentalité. » Et surtout un coût du carburant totalement différent. Mais qu’importe, car la voltige c’est « un sentiment de liberté, le plaisir d’expérimenter toutes les dimensions » pour le Français.

En août dernier, Olivier Masurel a été couronné champion d’Europe, en tant qu’entraîneur avec son équipe. Après un entrainement dans les airs français, le voltigeur a rejoint le Texas et son avion « parti démonté le 5 août. » Sans sponsor, Olivier Masurel n’a pas pu se permettre d’envoyer son appareil via les airs. C’est donc en bateau, dans un container fermé avec précaution, qu’il est arrivé au Texas.

La compétition promet d’être rude mais ne fait pas peur au voltigeur. « Les Russes sont très forts. Les Américains sont chez eux. Et parmi les Français, il y a des militaires très doués également. » Pour sa toute première compétition de voltige aux Etats-Unis, Olivier Masurel sera accompagné de sept autres voltigeurs qui représenteront la France. Ce passionné, vice-champion du monde en 2011 et médaille de bronze l’an passé, tentera de se rapprocher des cieux. Sur la première place du podium évidemment.

« Honnêtement, on s’attend à un grand champ perdu. Cela devait se passer à Las Vegas mais ça a été déplacé au Texas. On espère juste être bien accueillis et avoir une bonne météo. Qu’il ne fasse pas trop chaud. Le Texas, c’est vraiment l’aventure ! »

Pour en savoir plus

 

Le site du championnat du monde