Okeenea, la PME lyonnaise qui aide les malvoyants new-yorkais

Crédit photo: Okeenea

En savoir plus

Le site d'Okeenea

De la petite commune de Champagne au Mont-d’Or à New York, il n’y a qu’un pas. Ou plutôt un passage piéton, situé au carrefour de 23rd St et 7th Ave à Manhattan, que l’entreprise Okeenea va équiper d’avertisseurs sonores pour aider les malvoyants à traverser.

Fondée en 1993 et reprise par trois associés en 2009, cette PME française de 45 salariés développe des solutions de sécurité et d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Elle répond fin octobre 2017 à un appel d’offres du DOT de New York (Department of Transportation) et remporte le marché face à une quarantaine de concurrents américains. “On a accueilli la nouvelle avec joie. New York est un symbole”, se réjouit l’un des associés d’Okeenea Sylvain Denoncin.

“Nous allons débuter en avril six mois de test d’usage sur un premier carrefour avec la voirie, le DOT et des associations locales new-yorkaises. L’objectif est de déployer par la suite notre solution aux 22.000 carrefours de la métropole”, ajoute l’entrepreneur de 40 ans. Ce chantier titanesque à New York pourrait rapporter 50 millions d’euros à la PME française.

Développée dans toute la métropole lyonnaise et sur plus de 200.000 feux à travers l’Hexagone, la technologie d’Okeenea qui a séduit New York repose sur des boitiers connectés en bluetooth et à un smartphone. “Une personne malvoyante se sert de son téléphone comme d’une télécommande qu’elle active à l’approche d’un carrefour. Là, une voix lui annonce qu’elle se trouve à tel ou tel angle de rue, lui signale la couleur du feu et lui demande si elle veut traverser. Lors de cette traversée, le feu d’en face est connecté au premier pour l’aider à repérer sa route“, décrit Sylvain Denoncin. Okeenea a également conclu un partenariat avec la start-up française Connecthings qui lui permet d’envoyer à ses utilisateurs des données collectées par la ville de New York sur l’état des travaux en temps réel ou sur la position des voies de vélo.

Pour l’entrepreneur lyonnais, La France est en “grand mouvement sur les thèmes de l’accessibilité“, notamment depuis la loi handicap passée sous la présidence de Jacques Chirac en 2005. La ville de Lyon a d’ailleurs gagné le prix de la ville la plus accessible d’Europe en 2018. A New York, l’accessibilité reste inégale selon le handicap. “Les infrastructures lourdes pour les handicapés moteur comme les personnes en fauteuil sont très développées. L’enjeu aujourd’hui concerne les handicaps sensoriels et cognitifs. La ville doit se mettre à niveau en développant des solutions plus technologiques comme la nôtre”.

New York n’est qu’une étape pour l’ambitieuse PME, qui teste actuellement son dispositif dans d’autres pays comme l’Angleterre, la Nouvelle-Zélande, l’Australie ou la Russie. “On a lancé ce produit-là pour l’international, car on a déjà un marché en place avec des volumes, qui nous permet d’être moins cher que nos concurrents, confie Sylvain Denoncin. La révolution digitale en cours, la « smart city », accroit l’exclusion des personnes handicapés dans la ville. Nous voulons créer des solutions d’accessibilité pour rendre les villes plus inclusives”.

En savoir plus

Le site d'Okeenea