Nuit blanche à Bryant Park

A croire que certains attendaient ce moment depuis longtemps. Casque de gaulois, costume, robes de soirée, masques et même une mini Tour Eiffel en guise de chapeau : les convives du Dîner en Blanc ont une fois de plus affiché leur créativité, mercredi soir, pour l’édition 2013 de la flash mob culinaire (voir notre vidéo ici).

Comme le veut la tradition, le lieu a été tenu secret jusqu’à la dernière minute. Les participants n’ont pas été déçus : les organisateurs leur ont offert Bryant Park. En moins d’une demi-heure, le mythique espace vert de Midtown, au pied des gratte-ciel, s’est empli de la foule toute de blanc vêtue, équipée de tables et de nappes blanches. Argenterie, charcuterie, baguette, fromage, vin rouge et même du homard étaient aussi de la partie. “Bryant Park est un l’endroit rêvé pour le Dîner en Blanc, mais très compliqué à mettre en place. Les gens y accèdent de quatre côtés différents, et il nous faut trois heures pour installer la logistique (lumières, décors, bar, sécurité…) ce qui est très court, il y a un véritable rush», explique Gilles Amsallem, co-fondateur des French Tuesdays, organisateur de la manifestation.

Pour cette édition 2013, les organisateurs ont fait plus fort que les années précédentes. Près de 4.000 personnes ont répondu « présent » (contre 3.400 l’an dernier au Lincoln Center et 1.000 en 2011, premier Dîner en blanc new-yorkais, au Winter Garden). “Un quart des personnes présentes ce soir sont francophones, c’est un rendez-vous pour les Français de New York et que les Américains adorent, il y a une véritable attente“, poursuit M. Amsallem.

Parmi les convives, Christina Delice, une Française de Perpignan, qui a participé aux trois Dîners en Blanc new-yorkais. «C’est le genre d’événement qui manque à New York, des instants où l’on peut se réunir, comme pour la Fête de la musique en France.»

Philippe, un autre Français, apprécie le cadre de Bryant Park. “C’est plus détendu que dans un restaurant gastronomique français“. “C’est l’endroit idéal  pour amener une demoiselle“, confie Nathan. A 22h, ils sont tous repartis sans laisser de trace. Jusqu’à l’an prochain. A Central Park peut-être?