Pourquoi n’y-a-t-il pas de gratte-ciel à Washington ?

Pas un seul gratte-ciel a Washington

Dites bonjour à French Morning Washington

Cet article est un précurseur de notre édition Washington DC, que nous lancerons officiellement fin octobre. Inscrivez-vous dès maintenant à la newsletter DC pour ne rien manquer du petit nouveau de FM.

S'inscrire ici

Si vous avez déjà regardé l’architecture urbaine de Washington, D.C., vous avez sans doute remarqué qu’elle est un peu différente des autres métropoles américaines.

En effet, pas une seule tour de bureaux ou de haut immeuble à l’horizon. Cette particularité propre au District est évidente lorsque l’on contraste le quartier historique de Georgetown avec celui de Rosslyn, sur l’autre berge du Potomac où abondent les tours. C’est d’autant plus surprenant que plus de 600.000 personnes vivent à Washington intra muros, et encore plus y viennent tous les jours pour travailler. Il faut bien loger tout ce petit monde, et leur trouver des bureaux dans les 177 km2 de la ville. Pourquoi n’y-a-t-il pas de gratte-ciel à Washington? C’est la question bête de la semaine.

La croyance populaire veut que Washington n’a pas de gratte-ciel parce qu’aucun immeuble ne doit être plus haut que le dôme du Capitole, qui s’élève à 88 mètres. Ce n’est pas tout à fait vrai, et d’ailleurs il y a cinq structures plus hautes dans la ville, dont le Washington Monument (169 mètres) et le Old Post Office Building qui est maintenant le nouvel hôtel de Donald Trump et dont la tour monte à 96 mètres.

Si ce mythe persiste, c’est en partie parce que c’est bien le Capitole, et plus précisément les membres du Congrès, qui est responsable d’une loi limitant la hauteurs des bâtiments. Cette loi, le “Height of Buildings Act”,  limite la hauteur des immeubles à l’équivalent de la largeur de la rue adjacente plus 6 mètres. A l’origine de cette législation, on trouve un autre immeuble: le Cairo.

Inauguré en 1894, le Cairo Hotel (maintenant un immeuble résidentiel) était le premier “high-rise” de Washington, haut de 50 mètres et 14 étages. Son ouverture avait consterné et scandalisé les résidents du quartier qui, en bon Washingtoniens, s’étaient mobilisés pour résoudre ce problème en faisant du lobbying auprès de leurs élus. En raison du statut particulier du District of Columbia, c’est le Congrès qui a tranché en passant une première loi, en 1899, limitant les nouvelles constructions à 34 mètres pour les immeubles commerciaux et 27 mètres pour les immeubles résidentiels.

En 1910, la loi est revue à la hausse avec une limite fixée à 40 mètres et une nouvelle stipulation sur la largeur de la rue. Mais aucune modification depuis. Washington DC ne s’étendra pas vers le haut demain.

Dites bonjour à French Morning Washington

Cet article est un précurseur de notre édition Washington DC, que nous lancerons officiellement fin octobre. Inscrivez-vous dès maintenant à la newsletter DC pour ne rien manquer du petit nouveau de FM.

S'inscrire ici