Les héros américains du Thalys envisagent de s’installer en France

De g. à droite: Guy Michelier, consul honoraire de France à Sacramento, Emmanuel Lebrun-Damiens, consul de France à San Francisco, Spencer Stone, Anthony Sadler et Alek Skarlatos. Crédit: Consulat de France San Francisco.

La Marseillaise qui résonne dans l’Alliance française de Sacramento a une signification toute particulière pour Alek Skarlatos, Spencer Stone et Anthony Sadler: les trois amis qui ont déjoué une attaque terroriste dans un train Thalys le 21 août 2015 ont reçu officiellement leur nationalité française des mains d’Emmanuel Lebrun-Damiens, consul de France à San Francisco, jeudi 31 janvier.

Portant fièrement la Légion d’honneur remise par François Hollande quelques jours après l’attentat, ils ont savouré ce moment très symbolique: “Je n’y crois pas, on est vraiment Français!“, s’exclame Spencer Stone auprès de French Morning.

Cette nouvelle citoyenneté n’est pas décernée comme une récompense pour leur héroïsme: les trois amis, originaires de Californie, ont eux-mêmes entamé les démarches de naturalisation il y a environ un an. “En route depuis Amsterdam, le train roulait en France depuis dix minutes quand l’attaque s’est produite. Nous n’étions jamais venus en France auparavant, et bien sûr, nos liens avec ce pays n’ont fait que se renforcer depuis cet événement“, souligne Alek Skarlatos.

Commémorations, tournage du film “Le 15h17 pour Paris”, promotion du film…les voyages entre Sacramento et la France se sont multipliés dans les trois dernières années. “A tel point qu’on se sentait déjà Français avant l’obtention de la citoyenneté“, confie Spencer Stone. “Quand nous avons demandé à Guy Michelier, le consul honoraire de France à Sacramento, si nous pouvions devenir Français, il nous a aidés dans nos démarches et a grandement facilité la procédure: elle ne nous a pris qu’un an, alors que les délais sont habituellement de cinq ans, avec obligation de résidence en France.

Munis de leur nouveau passeport, Alek Skarlatos et Spencer Stone envisagent de s’installer en France, au moins pour quelques mois: “Première priorité: apprendre le français!“, plaisantent-ils.

Tous deux voient dans l’obtention de nationalité une opportunité de refermer l’épisode du Thalys et de commencer un nouveau chapitre de leur vie. “Les trois dernières années ont été englouties dans l’attentat et l’attention que nos actions ont suscité. Il est temps pour nous de passer à autre chose“, explique Alek Skarlatos. Et Spencer Stone de renchérir: “Je ne veux pas que ma vie soit entièrement dictée par cet événement: nous avons sauvé des vies, y compris les nôtres, mais nous n’avions pas le choix, nous n’avions aucun moyen de nous enfuir de ce train, il fallait passer à l’action. Deux mois après l’attentat, j’ai été poignardé à Sacramento à la sortie d’un bar, j’aurais pu mourir, mais j’ai survécu. Pour moi, c’est un signe fort que j’ai encore beaucoup de choses à vivre.

Parmi ces projets, la carrière de comédien attire particulièrement Spencer Stone et Alek Skarlatos. En 2017, Clint Eastwood a offert aux héros du Thalys une expérience inespérée en les recrutant pour jouer leurs propres rôles dans “Le 15h17 pour Paris”, une adaptation du livre qu’ils avaient écrit sur l’attentat: “On nous a demandé une semaine seulement avant le début du tournage si vous voulions jouer dans le film. C’était une proposition qu’on ne pouvait pas refuser. Acteur n’est pas notre métier, et l’apprentissage a été difficile, mais comme nous jouions nos propres rôles, le film a gagné en authenticité“, explique Alek Skarlatos. Il a quitté les rangs de la Garde Nationale américaine en 2017, et continue à passer des auditions.

Spencer Stone a également mis entre parenthèses sa carrière militaire dans l’Armée de l’Air, a déménagé à Hollywood et court les castings. “Tout est possible: nous pourrions signer un nouveau contrat avec l’armée, notre double nationalité n’étant pas un frein à cela, ou passer quelques temps en France et essayer de travailler là-bas, pourquoi pas dans l’immobilier.” A 26 ans, les héros du Thalys ont la tête pleine de projets, et reprendre une vie normale en priorité.