A New York, un millier de “Charlie”

(Mis à jour avec le registre de condoléances)  Ils étaient un bon millier, massés comme pour se tenir chaud dans le froid glacial, sur Union Square, pour rendre hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo.

Sous les yeux de la majestueuse Statue de George Washington, la foule essentiellement française a allumé des bougies, brandi des stylos et des pancartes “Je suis Charlie” . Des photos géantes aussi, celles des visages des quatre caricaturistes qui ont perdu la vie dans l’attaque – Charb, Wolinski, Tignous et Cabu – préparées par l’équipe de l’artiste JR sur place.

Puis, petit à petit, elle a donné de la voix, alternant “Je suis Charlie” et “I am Charlie“, quelques timides d’abord puis plus assurées Marseillaises et un “Même pas peur” lancé aux terroristes.

Sur les marches, Maria, emmitouflée, a laissé échapper quelques larmes: “Ca a été un gros choc. Je suis là pour Cabu. Recré A2, Droit de réponse, c’était mon enfance , souligne cette Française. J’ai grandi avec lui. Il nous a fait grandir” .

Céline, autre Française de New York, n’a pu contenir ses larmes non plus. “J’ai grandi dans le 11e arrondissement, à quelques centaines de mètres de là où tout cela s’est passé. Je connaissais bien Charlie Hebdo. Dans mon milieu étudiant, à Paris-5, on était très porté sur ce genre d’humour. Ce qui s’est passé, c’est une atteinte à la démocratie. A Paris, j’aurais fait la même chose. On a attaqué nos valeurs, notre liberté. C’est un symbole très fort. En étant là ce soir, on montre qu’ils ne vont pas gagner. 

De mémoire de New-Yorkais, jamais Union Square, forum des joies et des peines de New York depuis un siècle et demi, n’avait vu autant de Français, une communauté qui n’a pas l’habitude des mobilisations collectives. Le rassemblement de mercredi était spontané. Il a vu le jour sur Facebook dans la matinée, avant d’être relayé sur les réseaux sociaux et French Morning, à l’image d’autres rassemblements qui se tenaient ce soir-là à travers les Etats-Unis.

Alors que la Marseillaise montait dans la nuit d’Union Square, l’Ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, remerciait ceux qu’ils croisaient d’être venus malgré le froid –  il faisait -13 Celsius. “Les téléphones à la mission ont explosé. Le nombre de messages laissés sous toutes les formes est sans fin, a-t-il indiqué. Ce qu’il attend de la communauté internationale? “Une mobilisation complète, comme ce soir. Déterminée” .

Le Consul de France à New York, Bertrand Lortholary, l’a rejoint. « Dans le monde entier, les Français se réunissent, comme ici à New York. C’est important qu’ils le fassent. Ce type de rassemblements est rare. Cela ne leur donne que plus de force. »

A quelques pas de là, un autre visage connu: CharlElie Couture, à peine reconnaissable derrière ses lunettes de soleil, blotti dans son imperméable rouge. Lui est venu rendre hommage aux “libres-penseurs” de Charlie Hebdo. “Ca les aurait bien fait rigoler qu’on leur dise qu’ils mouraient en martyrs de l’humour, observe-t-il en parlant des douze morts. Ils ne l’auraient pas cru, en tout cas pas la veille de ce jour ” .

La mobilisation clôt une journée de stupeur pour les Français de New York, qui ont appris la tragédie tôt le matin. Barack Obama et John Kerry ont rendu hommage aux victimes de l’attentat et ont assuré que les Etats-Unis se tenaient aux côtés de la France. En déplacement dans le Queens, le maire de New York Bill de Blasio a respecté une minute de silence tandis que la sécurité était renforcée aux abords du Consulat de France.

Ilda, mère de famille française qui vit à New York depuis deux ans, a décidé d’assister au rassemblement avec son fils et sa fille, de 4 et 8 ans. “Je suis venue pour exprimer mon soutien à la liberté d’expression, et je voulais que mes enfants soient là aussi. Pour la grande, c’est bien qu’elle sorte de son cocon, qu’elle soit là, dans le froid. Je voulais lui montrer à quel point c’est important de défendre la liberté aujourd’hui. 

Caroline Mezière, qui travaille dans une banque à New York, n’était pas une lectrice de Charlie Hebdo. Mais depuis mercredi matin, elle reçoit de nombreux témoignages de sympathie. “De tous mes collègues, dit-elle. Même si on est en dehors de France, on se sent tous français. La liberté d’expression est une valeur française ” .

Ce que voulais montrer en étant là ce soir, lance Stéphane Pain, c’est de dire: ‘on vous emmerde, on n’a pas peur’ . On sera là quoi qu’il arrive” .

Même si on vit loin, Paris reste ma ville, et la France mon pays. Et je voulais montrer ma solidarité avec tous les gens qui manifestent en France et qui veulent dire non aux extrémismes de tout bord” , ajoute sa voisine Aurélie Jézéquel. Un autre rassemblement est prévu le 10 janvier, 14h, à Washington Square Park.

Le Consulat a aussi ouvert un registre de condoléances, accessible au Consulat (934 Fifth Avenue) de 14 heures à 19 heures ce jeudi 8 janvier et les jours suivants de 10 heures à 19 heures, jusqu’au 14 janvier inclus.Un registre de condoléances numérique a été mis en place par l’ambassade de France aux Etats Unis.

Avec Jessica Gourdon

Photos: Perrine Signoret

- Services -