A New York, une nouvelle maison pour les fromages français

- in English us

Comté, beaufort, roquefort, brie, mimolette, camembert, bleu d’Auvergne, fromages corses…. Ils étaient tous là, bien rangés sur leurs planchettes, pour l’ouverture à New York de La Maison du Fromage ce lundi.

Financé par le Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière (CNIEL), ce nouvel espace, situé midtown, entend devenir le quartier général des fromages français aux Etats-Unis.

Un comptoir permettra d’en acheter, dès que l’espace aura obtenu la licence – a priori d’ici un mois. La Maison du Fromage proposera aussi des cours de cuisine, des conférences, des séances de dégustation, à partir de la rentrée. « Tous les jours, il y aura des événements. Le lieu accueillera aussi des expositions, qui vont changer tous les deux mois », se réjouit Laurent Damiens, directeur de la communication du CNIEL, qui lance aussi une campagne de publicité aux Etats-Unis.

C’est la première fois que le CNIEL, qui rassemble l’ensemble de la profession, ouvre un espace de ce type à l’étranger. « Nous avons choisi les Etats-Unis, car c’est le premier marché de nos membres hors-Europe. Et il se développe bien. Les Français y vendent 20 000 tonnes de fromages par an. Derrière, la Russie et le Japon représentent chacun 10 000 tonnes », précise Laurent Damiens.

Et pourtant, un peu de promotion supplémentaire ne fera pas de mal. Car selon les producteurs et importateurs de fromages, présents en nombre lors de la soirée de lancement, si les fromages français aux Etats-Unis se développent, ils sont loin d’être banalisés. « Il y a encore du travail pour éduquer les Américains à la diversité des fromages français, et élargir la base. Aujourd’hui, les fromages français sont consommés dans un cercle de connaisseurs », remarque Benjamin Carré, de la société Plasse.

Dans ce milieu concurrentiel, la publicité est l’arme de la guerre. « Si on veut continuer à avoir une place sur ce marché, il faut exister en termes de communication. La compétition est rude avec les Suisses », affirme Jorg Wotawa, responsable export des fromages Ermitage.

En ce moment, la raison de faire un tour à La Maison du Fromage, c’est l’exposition Les Filles à Fromages, une série de grandes photos de Thomas Laisné. Des tirages qui mettent en scène de belles femmes sexys se sifflant un Saint-Nectaire, engloutissant un Mont d’Or ou croquant à pleines dents un Reblochon. Parmi elles, les journalistes Maya Lauqué ou Elizabeth Tchoungui, les comédiennes Alexandra Gentil ou Julie Boulanger…

Mounia Briya, propriétaire d’un restaurant et co-fondatrice du Cercle Officiel des Filles à Fromages, est à l’origine de cette exposition, présentée à Paris au printemps, ainsi qu’à Tokyo. « On veut montrer aux Américains que le fromage peut être sexy et glamour, qu’il ne fait pas forcément grossir si on le consomme de manière intelligente. On veut aussi promouvoir ce savoir-faire francais, ce produit magique qui témoigne de notre richesse et de notre diversité. » 

- Services -