Le navire du papa français du Texas bientôt à Austin

La France figure en bonne place de l’exposition permanente du musée d’histoire du Texas à Austin. Au premier rang même.

Les historiens s’accordent en effet à penser que c’est l’expédition française menée par le sieur de La Salle pour le compte du roi Louis XIV à la fin du XVIIe siècle qui a relancé l’intérêt des Espagnols pour la région et, in fine, donné naissance aux Tejanos qui prendraient leur indépendance du Mexique des lustres plus tard.

Les quatre-cent hommes composant l’expédition ont été décimés par les attaques de pirates et les tempêtes. La dernière a fait échouer La Belle, le navire commandant la mission, sur la côte de l’actuel Texas. Et pour mettre fin à l’aventure, les hommes du sieur de La Salle ont fini par l’assassiner, réduisant à néant les espoirs des Français de prendre le contrôle des mines d’argent de la Nouvelle Espagne situées de l’autre côté du golfe du Mexique.

Quand on a retrouvé l’épave de La Belle dans la baie de Matagorda il y a une vingtaine d’années, la mobilisation fut donc générale (et toutes les aides bienvenues, étant données les difficultés de récupération de l’embarcation…). Aujourd’hui, l’épave est toujours considérée comme l’une des plus importantes jamais retrouvées en Amérique du Nord, d’après la Texas Historical Commission.

Et quand le musée Bob Bullock d’histoire du Texas a ouvert ses portes en 2001 –tandis que la restauration de La Belle se poursuivait à l’aide de technologies de pointe au centre d’archéologie maritime de l’université Texas A&M – une « Odyssée La Salle » a été créée entre le musée d’histoire de l’Etat du Texas à Austin et les sept musées d’histoire de la côte du golfe du Mexique (de Bay City, dans le comté de Matagorda, à Corpus Christi).

« Le projet le plus important depuis l’ouverture du musée »

Maintenant que la restauration est complète, La Belle s’apprête à rejoindre Austin. Et sa coque, entièrement reconstruite à partir de ses composants historiques conservés dans l’eau –puis par cryoséchage – va remplacer la copie de squelette de bateau actuellement exposée au musée d’histoire du Texas. Mettre en valeur cet artefact de 53 pieds de long par 18 de large, « c’est le projet le plus important que nous menons au musée depuis son ouverture », souligne David Denney, responsable des projets spéciaux au sein de l’établissement.

Au cours des sept mois que durera l’exposition temporaire consacrée à La Belle à grands renforts de vidéos, de modules interactifs et même d’un film à effets spéciaux, du 25 octobre au 17 mai prochains, le navire sera réassemblé dans l’aile Sud du musée avant de rejoindre l’exposition permanente au mois de novembre 2016.

« Nous allons revoir toute la première salle du musée, consacrée aux premiers habitants de l’Etat et aux explorateurs européens, autour du bateau. L’espace restera donc fermé pendant un an et demi », prévient David Denney. Un délai susceptible de favoriser encore l’intérêt pour La Belle et les premiers Français du Texas à partir du mois prochain.

Quelques-uns des objets récupérés dans l’épave de La Belle :

Photos : Texas Historical Commission, courtesy of the Bullock Museum.