“Moi, candidat”: l’hebdo de la législative épisode 3

Cette semaine dans « Moi, candidat », retour sur le Grand Débat French Morning-FIAF, avec six candidats à la législative partielle en Amérique du Nord.

Vote de soutien. Pendant le débat, Louis Giscard d’Estaing (UDI) a indiqué que sa candidature avait fait l’objet d’un vote de soutien par le bureau de l’UDI Canada. « Combien de personnes ? », lui a aussitôt demandé le candidat du MoDem Nicolas Druet. L’intéressé a botté en touche. La réponse est… cinq. Le bureau en question compte six membres, dont Séverine Boitier, sa suppléante, mais une personne a voté contre (le « chargé publication » Remi Daviet, qui a quitté l’UDI peu après), selon l’équipe de campagne de Giscard.

Soutien discret. LGE avait convié nombre de ses soutiens au débat. Parmi eux: Bruno Bich, 36e fortune française, président du conseil d’administration de BiC, le fabriquant des stylos, briquets et rasoirs jetables. Le groupe a été fondé par son père, le baron Bich. D’ordinaire discret, le patron, établi aux Etats-Unis depuis plus de trente ans, figure au comité de soutien du candidat de l’UDI. Il n’a pas souhaité donner d’interview.

Tout sauf les parachutés. Les candidats ont profité de leur présence à New York pour  le débat pour organiser des meetings. Lundi, Nicolas Druet (MoDem) avait réuni plusieurs entrepreneurs au Sushi Shop de Madison Avenue. « Si le MoDem est au second tour, nous avons de bonnes chances de l’emporter car les socialistes ne veulent pas de Lefebvre », leur a-t-il dit. « Si vous ne soutenez pas le MoDem, soutenez au moins un candidat local », a ajouté Franck Barrat, élu AFE, qui participait à la réunion.

Droit au but. Après le débat, Frédéric Lefebvre a rechaussé les crampons. Direction le New Jersey pour rencontrer… Thierry Henry. Le candidat de l’UMP a visité le stade des New York Red Bulls, où évolue l’ancien international français. Il s’est également entretenu avec Jérôme de Bontin, le manager général du club. Et en a profité pour faire quelques photos pour son fameux tweet-journal de campagne.

Les Pirates contre Lefebvre. Le même Lefebvre est la star malgré lui d’une vidéo de la candidate du Parti Pirate, Véronique Vermorel. On le voit dans les couloirs de l’Assemblée nationale interrompu en pleine interview avec LCI, par deux députés qui l’accusent de préférer les caméras aux bancs de l’Assemblée. Après le clip, le message suivant s’affiche : « Lassés des clowns professionnels ? Au Parti Pirate, on prend la politique au sérieux. »

Le FN et la binationalité. Interrogé sur sa perception de la binationalité dans un parti qui lui est hostile, Thierry Franck Fautré (FN) n’avait pas souhaité nous répondre lorsque nous avions fait son portrait. A L’Outarde Libérée, il assure ne pas vouloir la remettre en cause. « Aux citoyens binationaux, nombreux en Amérique du nord, et surtout au Canada, il se veut rassurant : « Quand on est Français, on reste Français! », a-t-il dit au site.

Giraud contre le PS. Cyrille Giraud (EELV) continue sa stratégie de différenciation du Parti Socialiste dans les colonnes de France-Amérique. « Je peux comprendre que des gens qui ont été impactés par ces mesures et qui ont voté pour Corinne Narassiguin et moi l’année dernière ressentent une certaine frustration. La promesse de campagne était que les montants alloués à la PEC seraient en totalité reversés aux bourses scolaires. Clairement, on s’en est écarté. »

Petit rappel: le vote par Internet a lieu du mercredi 15 mai de 12h (heure de Paris) au mardi 21 mai 12h (heure de Paris).