“Moi, candidat”: l’hebdo de la législative épisode 2

Samedi, c’est “Moi, candidat”, votre chronique hebdo sur la législative partielle en Amérique du Nord (25 mai et 8 juin). Au sommaire: le “Grand Débat” French Morning-FIAF ce dimanche 5 mai, les candidats-mystère de l’élection et Fréderic Lefebvre qui veut faire du porte-à-porte pour booster la participation.

Débattons dans les roues. Six candidats à la législative en Amérique du Nord participeront au Grand Débat French Morning-FIAF, en direct et en public. Parmi eux, le socialiste Franck Scemama, qui a fait monter la sauce dans un communiqué envoyé aux journalistes. « Ce débat sera l’occasion d’évaluer le sérieux des candidats et de distinguer parmi eux ceux qui, comme moi, allient les actes à la parole », dit-il. M. Scemama “mettra aussi les autres candidats face à leurs engagements – ou absence d’engagement – en matière de renouvellement des pratiques politiques. Franck Scemama a lui-même signé la Charte AntiCOR, publié sa déclaration de patrimoine et d’intérêts et appelé les autres candidats à en faire autant. Alors que les candidats de droite refusent encore de s’engager à changer les pratiques politiques, le débat sera l’occasion de leur reposer la question.”

“Au revoir” Chamalières. Louis Giscard d’Estaing (UDI) ne se représentera pas à la mairie de Chamalières en 2014 s’il est élu député d’Amérique du Nord, selon France 3 Auvergne. “C’est en coulisses, juste avant la séance du conseil municipal de Chamalières, vendredi soir, que Louis Giscard d’Estaing a annoncé sa décision. S’il est élu député de la circonscription Etats-Unis-Canada, il ne sera pas tête de liste aux municipales de Chamalières en 2014. (Il) a précisé qu’il ne démissionnerait pas avant la fin de son mandat, mais qu’il ne se représenterait pas à Chamalières. Par respect de la loi sur le non-cumul des mandats.

Participation. Frédéric Lefebvre (UMP) est inquiet. Inquiet de la faible participation qui se profile pour cette élection législative partielle. Pour inciter les Français d’Amérique du Nord à remplir leur devoir civique, il lance une opération “Spécial Rendez-vous démocratique” du 5 au 12 mai, juste avant le début du vote par Internet, le 15. “Un évènement sera organisé chaque soir“, explique son équipe dans un communiqué. Plus fort: “Une campagne d’appels téléphoniques aux électeurs sera mise en œuvre. Une opération de porte-à-porte ou réunions de mobilisation également. Tout le territoire sera mobilisé et chacun aura l’occasion de s’impliquer“.

Candidat surprise. Le site JSS News a révélé vendredi la liste des douze candidats officiels engagés dans cette législative partielle. On a découvert deux noms à cette occasion: Nicolas Rousseaux et Pauline Czartoryska. La seconde n’a pas de site de campagne, mais le premier à une petite notoriété. Rousseaux est le fondateur du mouvement Force Républicaine et son objectif est d’écarter “les zérocialistes du pouvoir”. Cet ancien militant UMP fut candidat aux législatives en 2012 dans la deuxième circonscription de Paris, face à… François Fillon et a recueilli 28 voix sur 45.000 exprimés, soit 0,06% des suffrages. Il a surtout fait parler de lui en menaçant Fillon de poursuites pour lui avoir pompé le nom de “Force Républicaine” pour son propre micro-parti. Heureusement que Fillon ne se présente pas en Amérique du Nord.

Ensemble contre tous. Député, Nicolas Druet (MoDem) veut créer un groupe de travail avec les élus des Français de l’étranger. “Les décisions des conseillers AFE sont souvent prises à l’unanimité, preuve que les positions et préoccupations des élus et candidats sur les questions pratiques locales sont souvent très proches ; amélioration de l’accès aux services consulaires, défense de la double nationalité, équivalence de diplôme, accès a l’enseignement du français, promotion de la mobilité, etc… écrit-il dans un billetUnis, nos élus auraient une légitimité qui rendrait leur existence pertinente ; face à leur propre parti, leur propre clan, ils pourraient faire valoir les préoccupations des Français de l’Étranger dans les commissions ou groupes parlementaires de façon coordonnée et efficace.” Un peu trop idéaliste?