MLS: pourquoi faut-il supporter l’Inter Miami CF ?

Blaise Matuidi, nouveau joueur de l'Inter Miami CF. Crédit photo : Facebook Inter Miami CF

C’est un club tout neuf, dont le premier match en MLS remonte seulement à février. Mais pas n’importe quel club. Celui de David Beckham, ancien international anglais et joueur du Los Angeles Galaxy de 2007 à 2012. Si l’Inter Miami CF est pour l’instant classé 11ème sur 14 dans la conférence Est, cela devrait vite changer. On vous explique pourquoi et les raisons de suivre cette équipe à Miami*.

Un projet “galactique” emmené par David Beckham

Le stade de l’Inter Miami, 25 000 places, devrait voir le jour en 2022. Crédit photo : intermiamicf.com

Il a surpris tout le monde en signant en MLS en 2007 alors qu’il n’avait que 31 ans. Mais ce qu’on ne savait pas c’est que David Beckham avait négocié en même temps un “deal” en or avec la ligue américaine : participer au développement de la MLS en devenant propriétaire d’une nouvelle franchise pour seulement 25 millions de dollars au lieu de 150 dès sa retraite sportive. Accompagné par un conglomérat d’investisseurs américains, japonais et boliviens, Beckham lance un projet XXL de club à Miami en 2014. En six ans d’investissements, le groupe a fait l’acquisition d’un terrain de 12 hectares à Fort Lauderdale qui accueillie aujourd’hui un complexe d’entraînement dernier cris pour l’équipe première, et une académie qui dispose déjà de sept équipes de jeunes de 10 à 19 ans. Le club est également en train de bâtir une deuxième équipe professionnelle qui évoluera en deuxième division (USL). Mais le projet le plus pharaonique de l’Inter Miami concerne la construction d’un stade flambant neuf de 25 000 places à Miami pour une somme record de près d’un milliard de dollars. L’enceinte devrait ouvrir en 2022 sous réserve d’acceptation définitive du projet de la part des pouvoirs publics locaux.

Des stars européennes comme Matuidi et Higuain

Anciens joueurs de la Juventus, Gonzalo Higuain et Blaise Matuidi se retrouvent à Miami. Crédit photo : intermiamicf.com

Outre le stade, David Beckham avait également promis la construction d’une équipe très compétitive, avec notamment la signature de plusieurs stars européennes. Et il a tenu promesse avec une première recrue inattendue à la mi-août, celle de l’international français Blaise Matuidi. Compétiteur dans l’âme et en très bonne forme physique pour son âge (33 ans), l’ancien joueur de la Juventus est une excellence recrue pour Miami au milieu de terrain. David Beckham a refait le coup un mois plus tard en annonçant l’arrivée d’un autre joueur star de la Juve, Gonzalo Higuain, 32 ans. L’attaquant argentin passé également par le Real Madrid, Naples et Chelsea a marqué la bagatelle 310 buts en 606 matches sur l’ensemble de sa carrière. Sa complicité avec Matuidi sur le terrain et son sens du but devrait très rapidement redonner des couleurs à l’Inter Miami qui espère se qualifier pour les playoffs prévus en novembre. Preuve de la capacité financière du club, Higuain est le joueur le mieux payé de MLS cette année avec un salaire de sept millions de dollars par an. David Beckham n’en a pas pour autant fini avec son recrutement. Miami dispose encore d’une place de “designated player” dans son effectif, qui permet de payer un joueur au delà du plafond salarial imposé par la MLS.

Une équipe et un championnat en plein développement

Le Charlotte FC va rejoindre la MLS en 2022. Crédit photo : Facebook Charlotte FC

Avec deux, voire trois joueurs importants comme Higuain et Matuidi, l’Inter Miami devrait rapidement jouer les premiers rôles dans une ligue en plein développement. Si la MLS ne rivalise pas encore avec les grands championnats européens en terme de qualité de jeu, le club de David Beckham est une preuve de plus que la ligue américaine n’a plus à rougir concernant le niveau de ses infrastructures, de ses stades, et des capitaux qu’elle attire. A titre d’exemple, l’Impact Montréal a déboursé 40 millions de dollars en 2012 pour rejoindre la MLS. Huit ans plus tard, on parle de 400 millions de dollars pour la nouvelle franchise de Charlotte qui doit commencer à jouer en 2022. La valeur des clubs de MLS dépasserait même celle de la plupart des clubs de Ligue 1 selon Forbes, avec une valeur moyenne estimée à 313 millions de dollars aux US contre 158 millions en France (NDLR: chiffres de 2019 qui ne prennent pas en compte l’impact du Covid-19). Plusieurs échéances attirent les investisseurs vers le soccer américain. Parmi elles, la re-négociation des droits télé de la MLS à la hausse prévus pour 2023 et surtout l’organisation de la Coupe du monde en Amérique du Nord en 2026.

*A la date d’écriture de cet article, le 23 septembre, les matches de l’Inter Miami se jouent à huis clos en raison de l’épidémie de la Covid-19.