Michel Gondry embobine New York

À l’occasion de la sortie de son nouveau film Be kind rewind, le cinéaste français supervise une installation interactive à SoHo jusqu’au 22 Mars.

Des acteurs amateurs déambulent, nus sous des combinaisons en plastique transparentes, des poules courent sur le plateau au milieu des caméras : le projet Be Kind Rewind qui fonctionne comme un mini studio de cinéma n’est pas exactement une exposition bien que l’on puisse s’y promener. Plusieurs décors ont été installés qui permettent au public d’y tourner ses propres films.

La galerie Deitch Projects transformée.
La façade du Deitch Projects, galerie alternative de Dowtown, imite à la perfection la devanture du magasin où se passe le film de Michel Gondry. En effet, l’exposition coïncide avec la sortie de son 4ème film dont l’intrigue loufoque se déroule non loin de New York, à Pessaic, un coin désaffecté du New Jersey. Le film raconte la disgrace d’un vidéoclub, Be Kind Rewind, où les affaires marchent mal. Accidentellement exposé à un champ magnétique, Jerry (Jack Black) efface par erreur le contenu de toutes les vidéos du magasin dont Mike (Mos Def) à la charge. Pour rattraper le coup, et pensant que les clients n’y verront que du feu (!) les deux compères décident de refaire eux-mêmes les films de manière artisanale. Exploit inattendu : ces films bricolés dans leur jardin rencontrent un plus grand succès chez les habitants du quartier que les originaux faits à Hollywood.

Comédie sociale, Be Kind Rewind fonctionne aussi comme un hommage au do it yourself et au cinéma populaire comme art collectif. Pas étonnant que l’exposition du Deitch Projects prolonge l’idée d’une transmission au public et permette au spectateur de s’approprier l’univers bricolé du cinéaste. En 2006 Gondry y avait exposé les objets et les inventions de son film La science des rêves. Ce versaillais de 44 ans installé a Los Angeles a peaufiné son univers visuel en tournant les clips de Bjork, Radiohead, Daft Punk et d’autres artistes après des débuts en France avec Laurent Voulzy, Etienne Daho et I Am.

Dans une atmosphère familiale de bric-à-brac, entre les costumes de Robocop et de Ghostbuster utilisés pour le film, les organisateurs de la galerie reçoivent en moyenne 4 groupes par jour, d’au moins 5 personnes. Les participants doivent suivre deux ateliers sur l’apprentissage de la caméra et l’écriture d’un script avant d’investir l’un des décors : une salle d’attente d’hôpital, une forêt, un salon, une chambre a coucher, un café, une ruelle ou une vieille Deux Chevaux. Le projet est financé entièrement par Deitch Projects qui fournit costumes et accessoires –les caméras sont prêtées par le frère de Michel Grondry.

Be Kind Rewind au Deitch Projects : 18 Wooster Street.
Pour prendre RDV : [email protected] ou par telephone : 212 347 7300.
Du mardi au samedi de midi à 18h.
Gratuit.