“Sous le manteau”, une odeur de parfum aphrodisiaque à New York

En savoir plus

 

Le site de Sous le manteau

Et si des formules anciennes à base de plantes et d’épices avaient le pouvoir de séduire, de bouleverser l’être convoité? Et si ces formules pouvaient se retrouver dans un parfum?

C’est tout le concept de Sous le manteau, une marque française, dont Olivia Bransbourg est la co-fondatrice et la directrice artistique. “En faisant des recherches sur le parfum et la séduction, je suis arrivée très rapidement sur les filtres aphrodisiaques. J’ai été fascinée par ce que j’ai découvert sur la façon dont les plantes étaient connues pour leurs vertus médicinales mais aussi aphrodisiaques“.

Olivia Bransbourg a dépoussiéré les vieux grimoires découverts dans des puces ou exhumés de bibliothèques françaises et les a présentés à Nathalie Feisthauer, un des plus grands “nez” du moment et créatrice entre autres de “L’Eau des Merveilles” d’Hermès ou de “Must” par Cartier. “Nathalie a travaillé pendant des mois sur les recettes de cinq parfums qu’on a retrouvées, explique Olivia Bransbourg. Elle a d’abord recréé à l’identique ces fragrances avant de les moderniser pour qu’elles soient conformes aux règlementations d’aujourd’hui“.

Le résultat est présenté jusqu’au dimanche 12 mars à l’hôtel Pierre de New York. Cinq parfums mixtes au design épuré, et aux noms explicites comme “Vapeurs diablotines” ou “Essences du sérail”. “Nous proposons aux visiteurs un diagnostic amoureux qui permet de déterminer en quelques minutes quelle fragrance leur va le mieux“. Les parfums sont confectionnés à Grasse selon la tradition, accompagnés d’un bijou en porcelaine de Limoges à vaporiser et à déposer, pourquoi pas, sous l’oreiller de votre amoureux.se.

Avant de ressusciter des filtres d’amour du Moyen-Âge, la Française Olivia Bransbourg qui vit à New York depuis des années, avait déjà créé deux parfums: “Attache-moi” en 2009, vendu au Bon Marché à Paris et chez Barney’s à New York, et “It was a time that was a time” en 2015. Elle a également travaillé trois ans pour le parfumeur japonais Takasago.

Après son passage à la boutique du Pierre, Sous le manteau sera vendu sur internet, mais aussi à Paris au Printemps-Haussmann. Quatre nouveaux parfums sont également en élaboration.

C’est un parfum original au nom résolument évocateur, souligne Olivia Bransbourg. Sous le manteau évoque l’idée de transmission d’une formule de siècle en siècle, mais aussi les livres plus au moins érotiques qu’on se passait sous le manteau“.

 

En savoir plus

 

Le site de Sous le manteau