Maison Kayser se déclare en faillite à New York

Crédit photo : courtesy of Brokelyn

C’est une décision à la fois triste et surprenante. Maison Kayser s’est déclaré en faillite aux Etats-Unis le 10 septembre, précise la chaîne de boulangeries dans un communiqué de presse envoyé le 11 septembre.

Après des rumeurs quant à une possible fermeture fin juillet, la société avait pourtant fait part de son intention de rouvrir en septembre, dans un communiqué qu’elle nous avait transmis le 3 août. Mais “les obstacles dont le calendrier indéfini pour la réouverture totale de la restauration en salle à New York se sont avérés trop importants pour être surmontés”, explique dans ce communiqué le directeur général de Maison Kayser USA, Jose Alcalay. “Nous avons évalué de nombreuses options et déterminé qu’une procédure de faillite et la vente de nos actifs constituent la meilleure voie à suivre pour toutes les parties prenantes de l’entreprise”.

Ce n’est pas pour autant la fin de Maison Kayser à New York et aux Etats-Unis puisque l’entreprise a rempli ce qu’on appelle une “Chapter 11 Petition”, une procédure permettant la vente des actifs de la société ainsi qu’une réorganisation de sa dette. Maison Kayser ajoute dans ce même communiqué que “parmi les documents déposés le 10 septembre lors de la procédure de faillite figure un accord de rachat d’actifs par MK USA, LLC, une filiale du groupe hôtelier Aurify Brands”. Aurify Brands opère notamment des restaurants Five Guys Burger à New York. Elle a par ailleurs déjà racheté la marque Le Pain Quotidien aux Etats-Unis, également en redressement judiciaire, en juin dernier.

D’autres entreprises peuvent également se porter candidates au rachat des actifs de Maison Kayser. La première audition face au tribunal de New York est prévu lundi 14 septembre.

Créée en 2012 à New York, Maison Kayser USA, franchise du boulanger française Eric Kayser, avait rapidement grandi pour compter une vingtaine de boutiques, principalement à Manhattan. Créée par deux entrepreneurs, Louis-Jean Egasse et Lou Ramirez -ce dernier l’a quittée il y a plusieurs années- l’entreprise américaine était financée notamment par le fonds d’investissement de Charles Heilbronn, membre de la famille Wertheimer, actionnaires historiques de Chanel. Ouverts à des adresses de prestige, les restaurants étaient vite devenus des favoris des New-Yorkais, et des touristes. La fermeture prolongée due à la pandémie aura eu raison de cette incursion de l’artisanat français dans la Grosse Pomme.