“Macron a plus à gagner que Trump de cette visite d’Etat”

- in English us
Donald Trump et Emmanuel Macron

Emmanuel Macron arrive à Washington lundi 23 avril pour une visite d’Etat de trois jours, marquée par un discours devant le Congrès. C’est la première fois que Donald Trump accorde à un chef d’Etat ou de gouvernement les honneurs de cet événement très cérémonial, destiné à mettre en valeur l’amitié entre deux pays. Au-delà du symbole, quelles sont les implications politiques de ce déplacement ? L’analyse de Charles Kupchan, expert au Council on Foreign Relations (CFR) et professeur à Georgetown University.

French Morning: Quel intérêt Donald Trump trouve-t-il à inviter Emmanuel Macron en visite d’Etat ?

Charles Kupchan: Il voit en Emmanuel Macron son meilleur interlocuteur européen et lui rend la pareille de l’invitation du 14-Juillet en France. Les relations de Trump avec les leaders étrangers, notamment européens, sont assez mouvementées. Mais Macron s’est démené pour créer de bonnes relations avec lui, tout en restant ferme sur des sujets comme le nucléaire iranien ou l’Accord de Paris sur le climat. Il fait de son mieux, en étant conscient que tourner le dos à Donald Trump pourrait avoir des conséquences encore plus mauvaises.

Politiquement, cette visite peut aller dans les deux sens pour Macron. D’un côté, Trump n’est pas une personnalité populaire en France ou en Europe. Mais de l’autre, le président français a l’occasion de se montrer présidentiel. On lui accorde un honneur spécial. Même s’il sera critiqué, cela sera contrebalancé par la perspective de gains politiques dans son effort de rendre à la France un rôle plus visible et actif sur la scène internationale.

A-t-il plus à gagner que Trump de cette visite ?

Il a plus à gagner dans le sens où cette visite sera plus suivie en France qu’aux Etats-Unis. La plupart des Américains ne sauront pas qu’il est là et n’écouteront pas son discours au Congrès. Mais à l’inverse, les médias français la suivront de près. C’est aussi un moment crucial dans sa présidence. Macron essaie toujours de se prouver. Il est au milieu d’un combat avec les cheminots de la SNCF et d’autres syndicats. Cette visite peut l’aider à mettre un peu de vent dans ses voiles.

Du point de vue de Trump, il peut utiliser cette visite comme une manière de dire à ses critiques qu’il ne s’est pas mis à dos ses alliés et qu’il n’a pas isolé les Etats-Unis.

Doit-on s’attendre à ce qu’ils règlent leurs désaccords sur le maintien de l’accord sur le nucléaire iranien, le commerce ou l’environnement pendant cette visite ?

Aucun des sujets sur la table ne sera résolu. Macron a toujours dit qu’il allait continuer à travailler Trump sur la question du climat. Il l’évoquera certainement avec lui. Donald Trump est quelqu’un qui change d’avis. Il a exprimé récemment l’idée pour les Etats-Unis de rejoindre le TPP (Trans-Pacific Partnership, accord commercial avec les pays du pourtour du Pacifique) après y avoir été farouchement opposé. Mais je ne vois aucun signe de retour en arrière sur l’Accord de Paris.

La plus grande victoire pour Macron serait que Trump sorte de leur rendez-vous en disant: “Mon bon ami Emmanuel m’a convaincu de rester dans l’accord sur le nucléaire iranien”. C’est un sujet urgent car la deadline pour la certification approche à grands pas (le 12 mai, ndr). Je ne pense pas que cela se produira. Il aura plutôt tendance à prendre ses distances depuis que l’ultra-conservateur John Bolton l’a rejoint comme conseiller à la sécurité nationale. Mais voyons ce qui va se passer !

Les deux leaders affichent une relation de travail complice, franche. Macron a-t-il vraiment capitalisé sur cette relation quand on voit qu’il n’a pas été en mesure de faire changer d’avis son homologue sur beaucoup de sujets qui lui sont chers ?

Donald Trump met l’accent sur l’amitié et la loyauté. Dans ce domaine, Macron a du capital aux yeux du président américain car il s’est démené pour tendre la main à Trump alors que d’autres, comme Merkel, lui ont tourné le dos. De tous les leaders européens, Macron est le plus écouté par le président américain. Ce dernier a aussi tendance à être influencé par la dernière personne à laquelle il parle. Il est concevable que Macron puisse faire la différence.

J’espère que Macron lui parlera de l’Europe. Le président Trump ne comprend pas l’expérience européenne, son histoire après la guerre… Il a fait des commentaires dans le passé décrivant l’Union européenne (UE) comme un complot de l’Allemagne pour miner l’économie américaine. J’espère que le président français pourra faire comprendre l’importance de l’Europe comme partenaire, comme garant de la paix et moteur de croissance économique. C’est peut-être impossible car l’idée d’Union Européenne pourrait bien être incompatible avec les idées nationalistes de Donald Trump. Mais cela me dérange que le locataire actuel de la Maison-Blanche affiche de l’hostilité ou de l’indifférence envers le Vieux Continent, et a soutenu “Brexit”. En parler devrait être d’autant plus prioritaire pour Macron qu’il veut relancer l’Europe.

Propos recueillis par Alexis Buisson