Ma soirée dans le même restaurant qu’Obama

Ce n’est pas la première fois que Marcus Samuelsson, le chef star d’origine éthiopienne cuisine pour le président. Pour le premier dîner officiel à la Maison Blanche, c’est Marcus qui était aux fourneaux (le fameux dîner où un couple s’était incrusté).

Depuis Marcus qui vit à Harlem et est considéré comme un demi-dieu dans le quartier a ouvert en décembre 2010 son dernier restaurant Red Rooster, baptisé d’après une institution harlémite.

Pas étonnant que Barack Obama ait choisi Red Rooster pour son “six-table, high-dollar” dîner ce soir (30 800 dollars par tête, au profit des démocrates). Le «Red Rooster», c’est «Yes we can» appliqué à Harlem.. Ici tout le monde se mélange : blacks, blancs, latinos, asiatiques…

Arrivée vendredi soir à 20h la bouche en coeur. On nous annonce 2 heures 30 d’attente pour une table sans sourciller. Pas question de renoncer. Il faut veiller au grain avant la venue présidentielle. Et puis, nous avions déjà tenté un soir d’obtenir une table, nous nous étions rabattus vers Lucienne, le  bistro français adjacent. (Lucienne semble bénéficier de l’ouverture du nouveau voisin recueillant les malheureux de Red Rooster)

Cette fois-ci, nous sommes résolus à goûter la cuisine, (avoir la peau du Coq!) Si côté déco, on pourrait se croire downtown (le restaurant ressemble à DBGB, de Daniel Boulud), la scène est toute harlémite avec des femmes à larges chapeaux.

Direction le lounge en bas. Des oeuvres de l’artiste d’Harlem Sanford Biggers aux murs et une ambiance de feu. Deux cocktails plus tard (le “Lenox” au bourbon vanille et le “Brownstowner”), nous obtenons une table en haut. Vue sur la cuisine ouverte où les assiettes préparées par le chef Andrea Bergquist (un ancien danseur d’Alvin Ailey) défilent.

Marcus butine à travers les tables, tandis que sa femme, Maya Haile, top model d’origine éthiopienne est assise avec des amis.

A la carte, une grande diversité, là aussi. Au menu, gravlax, moutarde violette et fenouil, une ode à l’éducation de Marcus en Suède et sa carrière stellaire à Aquavit midtown (LIRE ICI) .  “Yes we can” appliqué au menu : poulet frit, tacos, burger, « mac and greens » au four, une version végétarienne délicieuse du Mac n’Cheese au gouda, cheddar, comté. En dessert, l’incontournable  flan au lait. Tous les éléments du menu seront entre 4 et 25 dollars. On s’incrusterait bien au dîner ce soir nous.