Lorina, la limonade lorraine qui cartonne aux US

Infos Pratiques

 

Le site de Lorina

Et si tout n’était qu’une histoire de bouchon ? Celui des limonades Lorina serait, selon la marque, la clé de son succès aux Etats-Unis. Un bouchon à bascule à l’ancienne, que les Américains adorent.

« C’est vraiment notre image de marque. Quand nous sommes arrivés sur le marché, personne ne proposait des bouchons comme cela. C’est identifié comme quelque chose de très français », affirme Claire David, responsable du marketing de la filiale américaine de Lorina, qui compte huit personnes à Miami.

La marque française de limonades rétro, en bouteilles de verre, est en pleine expansion aux Etats-Unis. Environ 14 millions de bouteilles y ont été écoulées l’année dernière. Les ventes ont été multipliées par quatre en dix ans. Au point que les Etats-Unis représentent 40% des ventes de cette PMI de Lorraine, qui emploie 80 personnes, et a réalisé 37 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013. « Sur le marché de la limonade importée, nous sommes les leaders aux Etats-Unis », déclare Claire David.

Aux Etats-Unis, Lorina séduit avant tout des clients relativement aisés, en particulier des femmes. « Les bouteilles de Lorina sont souvent utilisées pour des mariages, des fêtes, des baby-showers. Elles sont considérées comme une alternative à l’alcool, avec un coté chic français », poursuit-elle. « La marque est devenue très identifiée. Et pour l’anecdote, nous avons une photo de Puff Daddy qui sort de sa voiture avec une bouteille Lorina. »

L’histoire de Lorina, c’est une bonne saga à la française, qui commence en 1895 en Moselle (allemande…). Victor Geyer, limonadier de son Etat, produit et vend sa boisson sucrée depuis le petit village de Munster. Pendant la deuxième guerre mondiale, il soulage la soif des soldats alliés, et après-guerre, sa boisson à l’eau des Vosges gagne en notoriété. Mais la distribution reste limitée. La petite usine, restée dans le giron familial, est reprise en 1995 par Jean-Pierre Barjon. L’actuel PDG mise sur l’aspect retro de la marque pour la relancer, et la positionne comme une boisson haut-de-gamme. Avec succès.

En 2004, Lorina ouvre une filiale à Miami, sa seule implantation en dehors de France. Pour le marché américain, elle adapte son produit : plus de sucre, plus d’arômes, plus de couleurs. « La limonade que l’on vendait en France était transparente. Cela ne correspondait pas du tout avec l’idée que les Américains se font de la limonade. On a donc retravaillé notre produit, et lancé des limonades avec des couleurs, de nouveaux parfums »

Et c’est comme cela que Lorina a sorti aux Etats-Unis sa Pink Limonade, et sa Blood Orange Limonade aux tons acidulés – les plus gros succès. Elle reste dans le même temps fidèle à une éthique de qualité : pas de conservateurs, des arômes naturels, pas d’OGM… « La grande tendance, pour les années à venir, ce sont les produits plus naturels, avec moins de sucre. On a déjà retiré nos colorants artificiels depuis deux ans, et on poursuit dans cette direction, avec de nouvelles recettes à venir. » 

Infos Pratiques

 

Le site de Lorina