La location de voitures de collection par Vinty, un concept qui tient la route

En savoir plus

Le site de Vinty

Les mains vissées au volant, les cheveux dans le vent, vous dévalez la route 66 à bord d’une Mustang, les Beach Boys à fond dans le poste radio. Un rêve désormais accessible, via Vinty, une plateforme en ligne de location de «classic cars». Et par cela comprenez, “des voitures de collection de 25 ans ou plus”, comme le définit l’Antique Automobile Club of America.

Depuis le mois d’août, les Français Pierre Lapointe, Thomas Dubois et le Canadien Vishal Patel ont lancé cette petite entreprise en mode automatique. Animés par l’esprit d’entreprendre, ils se sont investis, à des degrés divers, rassemblant une enveloppe de 50.000$.

“J’avais envie de tester des voitures exceptionnelles, mais pas les moyens de les acheter”, raconte Pierre Lapointe.

Leur plateforme Vinty recense les véhicules de collection disponibles à la location, avec ou sans chauffeur. “Des amis m’ont sollicité pour leur trouver une classic car pour leur mariage. Il y avait une vingtaine de sites qui proposaient très peu de véhicules. J’ai fait le constat qu’il y avait un manque de visibilité. Les gens ne savaient pas où chercher, raconte celui qui travaillait pour nexB Inc. (Technologies et services de l’information) à San Francisco, avant de déménager à San Diego. Maintenant, ils sont tous rassemblés sous un même étendard.”

Au total, un parc de près de 200 voitures est proposé à la location dans douze villes (Atlanta, Boston, Detroit, Hawaï, Las Vegas, Los Angeles, Minneapolis, New York, Palm Springs, Sacramento, Santa Barbara et San Francisco). Vinty ajoute tous les mois des voitures à son inventaire. Après les Etats-Unis, le site prévoit de se développer au Canada. “Mais nous ne souhaitons pas nous implanter en France pour le moment, où il y a déjà une forte concurrence.”

Pas question de caler en chemin

Démarrer cette activité en Californie était une évidence. “C’est un vivier de la classic car”, vante Pierre Lapointe qui possède une magnifique Porsche de 1973 et un van Volkswagen de 1984. Selon lui, leur clientèle est diverse : la Roll’s Royce pour le mariage a la cote, l’expérience pour les touristes qui représentent 25% de la clientèle, ou le cadeau. Pour entendre vrombir ces moteurs, cela coûtera entre 150$ pour une Austin Mini et 700$ (+ caution) pour un Classic Truck Chevrolet des années 50.

Si la route semble bien tracée pour Vinty, une difficulté demeure: “Il y a une lourde procédure avec les assurances pour autoriser la location. Elles sont frileuses, d’autant plus que les voitures n’ont ni GPS, ni airbag et leur valeur est difficile à estimer. Mais pour les rassurer, nous contrôlerons toutes les voitures.”

Vinty devrait bientôt passer à la vitesse supérieure avec la location de particuliers à particuliers, “comme cela se fait pour les appartements avec Airbnb”. “Tout le monde est gagnant, puisque ces locations permettent de financer l’entretien onéreux des véhicules.” Viendra ensuite l’appli qui permettra “d’évaluer la conduite et de rassurer les propriétaires, précise Pierre Lapointe. Ainsi, nous ambitionnons de devenir le «one stop store» de la classic car.” A ce titre, ils entendent animer une communauté d’amateurs et organiser des rassemblements.

Pierre Lapointe, amoureux des belles voitures, voit une mission noble dans l’entreprise de Vinty. “C’est un patrimoine, une fierté de l’industrie américaine qu’il faut perpétuer et maintenir, explique-t-il. Pour un de nos événements, je me baladais avec une Mustang. Une femme l’a montrée à sa fille en lui disant que son père avait la même. C’est toujours une histoire partagée.”

En savoir plus

Le site de Vinty