L’immunité diplomatique de DSK rejetée

Dominique Strauss-Kahn a joué son va-tout judiciaire en réclamant l’immunité diplomatique, mais c’était peine perdue. C’est en substance ce que le juge Douglas McKeon écrit dans sa décision rendue publique ce matin, qui ouvre la voie au procés civil au cours duquel Nafissatou Diallo pourra réclamer des dommages et intérêts à l’ancien directeur du Fonds Monétaire International.

Comme il l’avait laissé entendre pendant l’audience du 28 mars, au cours de laquelle il avait passé les avocats de DSK sur le grill, le juge McKeon balaie sévèrement les arguments présentés, soulignant notamment que Dominique Strauss-Kahn “essaie maintenant de se prévaloir d’une immunité diplomatique à laquelle il a renoncé lorsqu’il a démissionné du FMI”.

Les avocats de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson et Douglas Wigdor se sont immédiatement déclarés “extrêmement satisfaits”, saluant une décision “raisonnée” du juge. Les avocats des deux camps vont donc pouvoir commencer à fourbir leurs armes. Le procès ne devrait pas commencer avant au moins un an, s’il a jamais lieu: l’immense majorité des plaintes au civil se termine aux Etats-Unis par un accord amiable entre les parties.

Lire la décision du juge McKeon