Pourquoi l’hymne est-il joué avant les matches aux Etats-Unis ?

Ce n’était pas un jour de football américain comme les autres. Le week-end dernier, plusieurs joueurs se sont agenouillés pendant l’hymne américain en marque de protestation contre les déclarations de Donald Trump, lors d’un meeting dans l’Alabama, appellant à “virer” les joueurs qui se livraient à un tel geste. Il a aussi sous-entendu que le footballeur noir Colin Kaepernick, qui a initié le mouvement l’an dernier pour protester contre le racisme et la violence policière, était un “fils de p**e“.

Cette actualité a mis en lumière une tradition très américaine, qui surprend plus d’un Français aux Etats-Unis: l’hymne est chanté avant le début de chaque match, en football comme en baseball, soccer, basket ou hockey sur glace. Pourquoi ? C’est la question bête de la semaine.

Selon Marc Ferris, auteur du livre Star-Spangled Banner: The Unlikely Story of America’s National Anthem, il faut remonter à 1862 pour trouver trace d’une “Star-Spangled Banner” jouée lors d’un évènement sportif.  “Mais c’est difficile pour moi de croire qu’elle n’a pas été jouée avant“.

Composé lors de la guerre de 1812 par Francis Scott Key, un avocat fait prisonnier par les Britanniques en 1814, l’air n’est devenu l’hymne officiel qu’en 1931. Mais il jouissait déjà d’une forte popularité par rapport à d’autres chants patriotiques en vogue au XIXème siècle, comme “Yankee Doodle” ou “Hail, Columbia”. “Star-Spangled Banner est une superbe chanson, très positive. La population s’en est emparée. Nous étions extrêmement patriotiques à ce moment-là. La guerre s’est terminée en 1814, nous étions prêts à nous lancer à la conquête de l’ouest et à grandir“.

En septembre 1918, la “Star Spangled Banner” est reprise par plus de 10.000 personnes assistant au World Series entre les Red Sox de Boston et les Chicago Cubs, à Chicago. L’Allemagne était sur le point de capituler et le patriotisme était à son comble aux Etats-Unis. Un attentat contre un bâtiment officiel de Chicago, qui a fait quatre morts et 75 blessés, ajoutait à l’émotion.

Le chant n’a pas été joué avant le match, mais lors du 7th Inning, qui marque traditionnellement le moment où les spectateurs dégourdissent leurs jambes et où un morceau de musique est joué.

Un des joueurs des Red Sox, un ancien officier de la marine, s’est tourné vers le drapeau et l’a salué, tandis que les autres ont fait face “à la musique“. “Au début, l’air a été repris par un petit nombre, puis d’autres les ont rejoints, et quand les notes finales sont arrivées, un volume élevé de mélodie traversait le terrain“, selon le New York Times de l’époque. Les Boston Red Sox ont fait la même chez chose chez eux, à Boston, par la suite.

Ce n’est que pendant la Seconde guerre mondiale que la tradition s’est répandue à tous les sports. “Les systèmes sono ont commencé à se développer. Tous les sports sont rentrés dans la danse”, observe Marc Ferris.

Avec la controverse actuelle autour des agenouillements de joueurs pendant l’hymne, cette tradition sera-t-elle remise en cause ? Cela a été tenté dans le passé. En vain, poursuit l’auteur. “Le manager des Baltimore Orioles voulait l’arrêter dans les années 50. Et dans les années 60, les Chicago Cubs ont voté pour la remplacer. Mais tous les fans ont voté pour la garder. C’est une tradition historique, qui a traversé les guerres. Et c’est le meilleur morceau“.