L’homme qui voulait livrer Bryant Park aux Belges

Yves Jadot est atteint d'”entrepreneurite”. Ce Belge chevronné, arrivé à New York à l’âge de 18 ans, enchaîne les ouvertures de restaurants et de bars. Il a commencé par Petite Abeille, un établissement au concept 100% belge. La chaîne compte quatre adresses new-yorkaises et a reçu en 2011 le prix du Best Comfort Food Award par l’hebdomadaire The Village Voice. Epaulé par sa famille, il a continué avec un restaurant mexicain baptisé Vamos, un bar à cocktails dans la veine du speakeasy et un pub.

Son projet du moment est peut-être le plus ambitieux de sa vie. Jadot et son associé Anthony Coppers veulent ouvrir courant 2012 une « Belgian House » à New York, véritable temple dédié au made in Belgium, aux abords de Bryant Park. Ils ont jeté leur dévolu sur le numéro 54 de la 40ème rue, à quelques mètres d’un autre symbole de réussite belge Le Pain Quotidien. Le bâtiment est actuellement occupé par une clinique. « Certains Belges installés à New York ont tendance à dédaigner leur pays d’origine. Moi, au contraire,  j’en suis très fier et je désire le mettre en valeur, affirme Yves Jadot. Nous voulons montrer tout ce que la Belgique a de mieux à offrir en termes de design et de gastronomie».

Contrairement à ce que les mauvais esprits pourraient croire, il y en a des choses à montrer. Sur trois étages, le visiteur pourra y trouver un corner dédié à des artisans-chocolatiers belges, un restaurant proposant des spécialités belges, un bar à cocktails à base de genièvre (le fameux« pékèt » wallon, ndlr), une terrasse proposant une centaine de bières typiquement belges ou encore une galerie d’art mettant en avant les artistes du plat pays. « Le lieu se veut représentatif de l’unité de la Belgique », explique Anthony Coppers.

Le premier “Tintin Café”

Et comme la promotion de la Belgique ne s’arrête pas là, Yves Jadot a également un autre projet sur les rails. Nom de code: “Tintin Café”, soit le premier espace aux Etats-Unis entièrement dédié au reporter dont les aventures viennent d’être portées à l’écran par Steven Spielberg. « Nous sommes actuellement en pourparlers avec la société Moulinsart qui gère les droits à l’image de Tintin. Son directeur, Nick Rodwell, semblait très enthousiaste quand nous lui avons présenté notre pré-projet», confie-t-il. L’architecte d’intérieur belge Delphine Mauroit, qui a dessiné les plans d’aménagement de l’espace présentés à la société Moulinsart, indique s’être inspirée de l’univers du Lotus Bleu et du Trésor de Rackham le Rouge. De quoi écrire un nouvel album des aventures du reporter à la houppette : Tintin à New York.

 

- Services -