L’historien Antonin Dehays accusé de vol d’archives à Washington

L’historien français Antonin Dehays, installé dans la banlieue de Washington depuis six ans, fait l’objet depuis quelques jours d’une enquête fédérale. Il est soupçonné d’avoir volé des objets et des documents historiques et en aurait revendu certains sur eBay. Il risque désormais 10 ans de prison aux Etats-Unis.

Des charges très lourdes pèsent sur cet ancien basketteur normand passionné par le Débarquement. Il est accusé d’avoir dérobé à plusieurs reprises depuis 2015 des plaques d’identité militaires, les fameux « dog tags », de soldats américains dont les avions se sont écrasés pendant la Deuxième guerre mondiale. Le 12 mai dernier, le jeune homme aurait ainsi demandé à consulter la boîte d’archives numéro 352. Deux semaines plus tard, le personnel des Archives nationales signalait la disparition de 30 plaques d’identité militaires. Certains objets ont été retrouvés à son domicile, d’autres ont été vendus. L’historien en aurait aussi offert à un musée en Virginie contre la possibilité de s’assoir dans le cockpit d’un avion de combat Spitfire, rapporte le Washington Post.

Contacté par French Morning, Antonin Dehays n’a pas souhaité répondre à nos questions dans l’immédiat. Comme citoyen français à l’étranger, il peut bénéficier de la « protection consulaire », une aide qui permet de prévenir la famille, faire des visites en prison ou encore s’assurer du respect des lois locales. Mais il ne l’a pas sollicitée pour l’instant, selon nos informations.

- Services -