Les Français de la Silicon Valley se penchent sur “the problem with the French”…

« S’il y a une chose qui pose problème avec les Français, ça serait quoi ? »  demande Lara Pagnier, fondatrice de Parisoma avec un œil amusé à son interlocuteur, Loïc Le Meur. «Eh bien, si on se concentrait plus sur les solutions et non les problèmes, si on arrêtait de copier, de critiquer, et qu’on se mettait au travail, ça serait bien ! » réplique le fondateur de la conférence LeWeb.  «Le vrai problème, c’est qu’on pense qu’il y a un problème !» ajoute Renaud Laplanche, fondateur de LendingClub, sous les rires de l’assistance.

Organisée par Parisoma et FaberNovel, sur une idée d’«Osons la France», le 5 avril à San Francisco, la rencontre avait été intitulée:  “The problem with the French”, un clin d’oeil à la phrase célèbre de George W. Bush (“the problem with the French is they don’t have a word for entrepreneur”…).

« L’idée était à la fois d’avoir des entrepreneurs bien établis qui parlent de leur expérience et des jeunes qui viennent présenter le concept de leur entreprise », explique Lara Pagnier, «on voulait mettre en avant le concept d’innovation et faire la preuve par l’exemple que les Français sont  d’excellents entrepreneurs! ».

Une douzaine de chefs d’entreprises sont montés sur le podium, un vivier de talents dont Arnaud Breton, venu présenter Unishared, cofondé avec Clément Delangue, un site collaboratif de partage faits par et pour les étudiants. Pour lui, «si on peut parler de problème, c’est que les Français ont peur d’échouer alors que c’est nécessaire dans le processus de réussite ». Pour Axelle Tessandier, ex directrice marketing de sccop it et créatrice d’Axl Agency «le concept d’échec est ancré dans notre éducation». « On peut même parler de paradoxe français » ajoute Georges Nahon de Orange Labs, «en France, on entend toujours parler du retard, alors qu’en réalité, il y a énormément d’initiatives intéressantes, on est beaucoup trop modestes ».
Pour de nombre de ces entrepreneurs, la proximité de la Silicon Valley et l’esprit qui règne dans cette région a cependant joué un rôle essentiel dans la réalisation de leur projet. «Il est certain qu’il y a un tel bouillonnement d’énergie créatrice ici, que tout semble possible », explique Valérie Orsoni, créatrice du coaching en ligne avec LeBootCamp.com. Après avoir perdu sa société du jour au lendemain, la dynamique Corse a su rebondir.  «Plutôt me réinventer comme disent les américains ! Ici d’ailleurs, on n’appelle pas ça un échec mais une épreuve et c’est presque un passage obligé, c’est ce qui va permettre de s’accomplir en tant qu’entrepreneur ».

S’il semble qu’il manque en France l’ouverture d’esprit et les circonstances pour que les entreprises fleurissent comme dans la Silicon Valley, le « mal » semble être plus profond. Pour le consul général de San Francisco,Romain Serman «l’éducation est la clé. J’aimerais qu’on ne voit plus l’entrepreneur comme le méchant. Il faut faire venir les étudiants ici et leur montrer comment ça fonctionne, créer une mafia d’entrepreneurs qui pourraient s’entraider et aider ces jeunes à réaliser leurs envies».

Le rôle des pouvoirs publics est de nouveau mis en question avec le coup de gueule de Carlos Diaz, de Kwarter, qui revient sur son mouvement « les pigeons » qui a reçu une large médiatisation en Octobre dernier . «J’aimerai que le gouvernement comprenne qu’on a besoin de soutien, nous représentons le futur de notre économie. »
Un futur que ces jeunes patrons français veulent peindre en rose, dans un contexte économique difficile en Europe mais avec l’élan de la deuxième bulle internet que semble vivre la Silicon Valley aujourd’hui.

(Photos: Simone Audissou)