Les amitiés de MAM

Le Wall Street Journal se focalise sur la préoccupation des dirigeants européens à propos de la crise égyptienne. Ces derniers ont fait une mise au point en raison des attaques visant les journalistes. « Ils sont extrêmement occupés par la situation égyptienne ». Dans un déclaration commune, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, David Cameron, Silvio Berlusconi et José Luis Zapatero exhortent le gouvernement égyptien à entamer immédiatement une transition politique vers une représentation plus large de son peuple, de protéger les manifestants et les journalistes.

LA Times s’intéresse plus particulièrement à l’initiative du gouvernement français quant à l’arrêt de la vente d’armes en Egypte. Une décision prise par le premier ministre François Fillon le 27 janvier dernier, que CNN semble désapprouver. Mais comme le rappelle l’article, la France « n’a pas fait venir de soldats entre 2005 et 2008 selon un rapport du congrès américain »… Ce sont en fait les Etats-Unis qui « sont les principaux fournisseurs d’armes de l’Egypte et offrent 48 milliards de dollars dans l’armement en ce moment. » !

La France n’est pas vue d’un bon œil dans Voice of America. Les relations franco-tunisiennes sont vivement critiquées et les réactions de la France jugées «vides, maladroites et trop timides ».
Et l’affaire Michèle Alliot-Marie n’arrange rien. Le New York Times insiste: «Michèle Aliot Marie est une fois de plus un problème pour la Tunisie». Si Michèle Aliot Marie refuse sa démission et dément tout rapport entre son ami Aziz Miled et Ben Ali, le New York Times ne semble pas être convaincu de sa bonne foi. Même ton pour le LA Times qui évoque la bavure de Michèle Aliot Marie comme un « double faux pas ». Le quotidien liste d’ailleurs les principales critiques adressées par les politiques français, divisés dans cette affaire.

Le New York Times s’intéresse cette fois-ci au ministre de l’économie Christine Lagarde qui a annoncé que le Fonds européen de stabilité financière (FESF) est d’une taille suffisante pour qu’il soit entièrement mobilisable en cas de crise. Une collaboration franco-germanique qui semble enthousiasmer le journaliste « Si plusieurs pays de l’Union ne sont pas d’accord avec cette analyse, elle représente un tournant important qui pourrait conduire L’UE a accepter plusieurs de leurs politiques économiques dans la perspective d’un bloc unifié. »

Comme beaucoup, les journalistes américains attendaient que la négociation entre Sanofi et Genzyme prenne fin. Wall Street «Après des mois de négociations, Sanofi et Genzyme sont sur le point de conclure un accord de fusion qui valoriserait à environ 20 milliards de dollars le spécialiste américain des maladies rares. » Cependant le New York Times, s’interroge sur la crédibilité des deux groupes « il est intéressant de se demander si la longue attente en valait la peine… ».