Pourquoi les Américains célèbrent-ils “Bastille Day”?

Tous les Français connaissent naturellement la Bastille et l’histoire de la révolution française. Mais qu’est-ce que “Bastille Day”, cette invention américaine ? C’est la question bête de la semaine.

On le sait, la fête nationale du 14 juillet n’existe que depuis 1880, lorsque la IIIème République cherche encore à consolider ses fondations en faisant appel à l’imaginaire révolutionnaire. On sait aussi qu’en réalité, c’est moins le 14 juillet 1789 (et la prise de la Bastille) que l’on décida de célébrer que le 14 juillet 1790 et la fête de la Fédération, qui vit 14.000 soldats fédérés venus de toute la France défiler de la Bastille au Champ de Mars pour célébrer l’unité nationale en ces temps troublés.

Mais alors pourquoi les Américains (et en réalité tous les anglophones du monde) persistent-ils à fêter Bastille Day, alors que l’expression est inconnue en français? La principale explication est semble-t-il toute pragmatique: impossible de traduire littéralement “Fête Nationale” ou même “Fête du 14 juillet” en anglais sans susciter d’incompréhension. Il fallait un nom qui en lui-même permette de comprendre qu’on parle de la France, et de son histoire. Ce fut donc “Bastille Day”.

Difficile d’identifier le début de l’utilisation de l’expression mais la ville de Kaplan, en Louisiane revendique la plus ancienne fête de “Bastille Day” aux Etats-Unis. Depuis 1906, tous les habitants, descendants des Acadiens ou non, fêtent le 14 Juillet. L’expression “Bastille Day” est utilisée dès l’origine et semble se répandre très rapidement. Dans les archives du New York Times, on trouve la première mention d’une Bastille Day new-yorkaise en 1917.

Mais c’est aux restaurateurs français qu’on doit le développement des “Bastille Days” à travers le pays, d’abord entre les deux guerres puis plus encore à partir des années 1960. Une tradition, inaugurée entre les deux guerres en France et largement tombée en désuétude dans l’Hexagone, se répand à travers le pays: la course des garçons de café (réelle course plateaux avec verres en main). Aux Etats-Unis, c’est le restaurateur Dominique d’Ermo, figure de la restauration à Washington DC, qui importa la coutume en 1974.

Du coup, pas de feux d’artifices pour Bastille Day aux Etats-Unis (ils ont tous été tirés pour le 4 Juillet…), mais beaucoup de vin, de cuisine et -depuis quelques années- de pétanque. Plus d’une cinquantaine de villes à travers le pays fêtent le 14 Juillet (en général le dimanche le plus proche, donc le 13 juillet cette année), souvent avec leurs propres traditions. A Milwaukee, Wisconsin, la fête commence « en prenant la Bastille » : une course de 5k qui finit devant une reproduction de la Tour Eiffel au centre-ville. A Philadelphia, on rejoue la prise de la Bastille au Eastern State Penitentiary. Edith Piaf, Napoleon, Jeanne d’Arc, Benjamin Franklin, et « une baguette  grandeur nature » apparaissent dans un spectacle où des “révolutionnaires français” traînent Marie Antoinette à la guillotine.

Bref, ce 14 juillet, ne soyez pas surpris si tout le monde vous souhaite «Happy Bastille Day»!

- Services -
PARTAGER
  • Agnesm

    des “révolutionnaires français” et pas des “révolutionnaires française” avec un “e”.

  • YvesNY

    Tout simplement parce que tous les prétextes sont bons pour faire la fête!…

  • Gilles1977

    parce que Ricard.

  • Francois Harmant

    Oui mais ils disent bien 4th of july ! Alors why not 14th of July pour nous !????

    • Gilles1977

      parce qu’ils sont chez eux… et qu’ils décident. en France , on dit le 14 juillet. au passage, notons, qu’à l’inverse, peu de Français connaissent le “4 juillet” …… hum.

Article précédentGinkgoa, une rencontre franco-américaine musicale atypique, à Los Angeles
Article suivant5 “farmers markets” où trouver des produits locaux à New York