Pourquoi les Américains appellent-ils les frites les « French fries »?

- in English us

On aimerait bien s’approprier le mérite des « French Fries » et l’ajouter à notre (déjà longue) liste de spécialités gastronomiques, mais soyons honnête, c’est bien plus compliqué que cela. Au moins, ça nous donne un sujet pour la question bête de la semaine : mais pourquoi les Américains appellent-ils les frites les « French fries »?

Nombreux sont les Américains qui attribuent les frites aux Français, alors que nous mêmes pensons qu’elles sont Belges. Sur l’origine de la recette elle-même, une des théories affirme en effet qu’elles sont d’abord apparu dans les territoires qui deviendront plus tard la Belgique, dès le XVIIIème siècle (et semble-t-il avant même que les Français découvrent les vertus de la pomme-de-terre grâce au bon docteur Parmentier).

Mais pourquoi “French” et non “Belgian” alors? Là les vapeurs (d’huile) obscurcissent l’affaire encore un peu plus… Exposons d’abord la théorie dite “irlandaise”, selon laquelle les French fries n’auraient en fait rien de français. Il s’agirait seulement d’un cas d’homonymie. En vieil irlandais, “to french” signifie « couper en morceaux » et n’auraient donc rien à voir avec l’adjectif « français ». Après la Grande Famine (1845-1851), les Irlandais ont déserté leur territoire pour se rendre aux Etats-Unis, au Canada et dans d’autres pays anglo-saxons, emportant dans leurs valises le terme et le concept de « french fries ».

Difficile de trouver un spécialiste de la frite pour nous aider à y voir plus clair, mais heureusement, le Musée de la Frite de Bruges, en Belgique est là. Lucy, l’une des employés nous livre sa théorie dite, elle, “du Poilu”: « pendant la Première Guerre Mondiale, les soldats anglo-saxons qui combattaient sur le front ont rencontré des soldats qui parlaient français, et ils ont pensé que ceux-ci étaient Français, alors qu’ils étaient Belges! ». Pour eux, il était donc évident que ces délicieux bâtonnets de pommes de terre mangés par ces soldats au phrasé gaulois venait donc de France « c’est comme ça qu’ils se sont mis à les appeler les french fries » nous explique-t-elle au téléphone.

Mais sans vouloir froisser l’expertise belge, il nous faut constater que cette explication semble davantage tenir de la légende urbaine, puisque le terme « french fries » était utilisé aux Etats-Unis bien avant la Grande Guerre. Le président des Etats-Unis (1801-1809), Thomas Jefferson, connu pour son amour de la cuisine française aurait lui même popularisé le concept dans son pays, grâce à son cuisinier français Honoré Julien. Lors d’un repas à la Maison Blanche en 1802, il exigea qu’on serve des patates à la « french manner ».  Cette version est elle aussi regardée avec suspicion par les historiens, mais il n’y a revanche guère de doute sur le fait que les “french fries” étaient déjà populaires au cours du XIXème siècle, le terme étant employé dans des livres de recettes notamment.

Une chose est sûre en tout cas: c’est le succès des “fast-food” à l’américaine qui a fait exploser la consommation de “french fries” sur la planète. Un paradoxe culinaire de plus.