Législative Amérique du Nord: Jocelyne Le Boulicaut, la touche verte

“Je sais ce que ça veut dire que d’être hors de France”, Jocelyne Le Boulicaut est Franco-Canadienne, a grandi en Afrique du Nord, et elle est la candidate d’Europe Écologie Les Verts pour la législative en Amérique du Nord.

“Je suis arrivée en France à l’âge de 17 ans, et j’ai un fort attachement personnel avec l’Amérique du Nord”, explique-t-elle. Elle ne s’est engagée en politique que tardivement. C’est la marée noire issue du naufrage de l’Erika qui l’a poussée à rejoindre les Verts. Après avoir été responsable de la commission nationale “Féminisme” d’Europe Ecologie Les Verts, elle est aujourd’hui responsable de la commission “séniors” en France et en Europe. Elle est aussi déléguée du parti EELV auprès du Parti vert Européen. “L‘écologie suppose une transformation de l’économie et de l’organisation sociale qui recentre l’humain et le collectif, et non plus l’individualité, au cœur des préoccupations”. Un de ces défis serait, par exemple, de mettre l’économie des start-ups, moderne et inventive, au service du social et de la solidarité.

La candidate, qui habite en Bretagne, ne fait pas de campagne de terrain en Amérique du Nord. “Notre parti EELV est dans une situation financière délicate et nous ne sommes pas certains de faire les 5% de votes nécessaires au remboursement des frais de campagne. C’est pour cette raison que je ne fais pas de réunion publique comme les autres candidats”.

Mais loin de se laisser abattre, Jocelyne Le Boulicaut cherche à mobiliser sur les réseaux sociaux, Facebook et Twitter en particulier. “C’est très stimulant et ça nous force à être inventifs, confie-t-elle. Ça me force à creuser beaucoup plus que les candidats qui sont sur place et que l’on a pu voir lors du débat French Morning-Maudits Français à Montréal, et qui n’ont fait qu’effleurer des choses qui sont finalement des problèmes personnels”.

Parmi ses propositions, Jocelyne Le Boulicaut insiste sur la moralisation de la vie politique : “Il faut rendre inéligible à vie toute personne condamnée pour corruption et défendre l’adoption d’un référendum révocatoire quand un élu manque à ses devoirs, à ses engagements”. Au sujet de l’emploi et de l’économie, elle souhaite proposer une loi pour aider les salariés d’entreprises en difficulté à racheter leur entreprise sous forme de SCOP (sociétés coopératives de production). Sur la fiscalité, elle dit qu’il faut abroger la CSG-CRDS pour les Français hors de l’Union européenne et “mettre fin à cette injustice”.

Jocelyne Le Boulicaut estime que “ce n’est qu’en renforçant la visibilité internationale de l’Europe que l’on pourra faire face aux mutations économiques”. Elle se félicite également de la nomination de Nicolas Hulot comme ministre d’État de la transition écologique et solidaire, tout en précisant que “il est quand même dans un gouvernement qui penche à droite et je n’ai pas le sentiment qu’il soit très sensible aux questions écologiques. Nicolas Hulot aura des moyens mais beaucoup d’obstacles et de résistance, c’est pour cette raison qu’il a besoin d’un groupe parlementaire solide pour le soutenir”.