Législative: A New York, Lefebvre et Scemama veulent mobiliser

Adversaires au premier tour, amis au second.

Frédéric Lefebvre s’est affiché, vendredi à New York, au côté de son ancien opposant Damien Regnard (3e homme de l’élection législative) et Yann Coatanlem, numéro 2 de l’UMP Côte Est et ancien directeur de campagne de Louis Giscard d’Estaing. Dans la salle, plusieurs soutiens new-yorkais de MM. Regnard et Giscard d’Estaing, dont le candidat divers droite de 2012 Antoine Treuille. Un “symbole” pour M. Lefebvre, qui aura besoin des voix des électeurs de ses anciens concurrents pour devenir député. “Je suis très heureux que nous puissions offrir à nos compatriotes l’unité qu’ils attendent des différentes familles de la droite et du centre et au-delà car il est important pour les Français, dans ce moment troublé, que cette unité s’affiche“, confie-t-il.

opia
Frédéric Lefebvre (centre) avec Yann Coatanlem (gauche) et Damien Regnard (droite) – crédit: Alexis Buisson

L’unité était loin d’être évidente il y a seulement trois mois. Le patron de l’UMP Côte Est, Guy Wildenstein, annonçait son non-soutien à M. Lefebvre. Plusieurs cadres de l’UMP aux Etats-Unis et au Canada rejoignaient M. Giscard d’Estaing. Damien Regnard, élu AFE sous l’étiquette UMP pour le Texas, la Nouvelle-Orléans, l’Oklahoma et l’Arkansas décidait de se lancer, se positionnant en candidat “anti-parachuté”.

Rassemblement

L’heure est maintenant au rassemblement. L’élu AFE pro-Giscard Jacques Janson et sa collègue de Vancouver Claire-Marie Jadot ont indiqué leur ralliement à Frédéric Lefebvre. Tout comme Guy Wildenstein, qui n’était pas à la réunion de vendredi pour cause d’empêchement. “C’est une élection à deux tours, au premier on choisit, au second on élimine“, résume Damien Regnard qui tenait un meeting commun avec M. Lefebvre le soir même à Dallas.

Franck Scemama a lui entamé un dernier sprint pour mobiliser avant le vote à l’urne, le 8 juin. New York, Washington, San Francisco, Montréal où il participera samedi à un « grand rassemblement » en présence de l’ancienne ministre québécoise Louise Beaudoin et le député fédéral Alexandre Boulerice : le socialiste ne ménage pas sa peine. “Il faut que les Français d’Amérique du Nord comparent nos deux candidatures et se posent la question: qui sera la personne qui parlera le mieux en leur nom?“, souligne-t-il en marge de son meeting à New York.

scemama ny
Franck Scemama au consulat de New York – crédit: PS

Devant une vingtaine de personnes réunies au consulat de France, dont le député socialiste des Français d’Afrique de l’Ouest et du Maghreb Pouria Amirshahi, il s’est livré à une explication du rôle du député des Français d’Amérique du Nord. Non sans faire quelques allusions au mandat de conseiller régional d’Ile-de-France que M. Lefebvre continue d’occuper pendant la campagne – il a dit qu’il abandonnerait cette fonction en cas d’élection à l’Assemblée nationale.

Calculs

L’arithmétique est implacable: en cas de report intégral des voix des principaux candidats de droite (hors FN) sur la candidature de M. Lefebvre et des voix de gauche sur celle de M. Scemama (et à participation inchangée), le premier serait élu avec 10.146 votes contre 7.345 pour son adversaire socialiste. Deux incertitudes demeurent: la participation et l’ampleur du report des voix sur la candidature de l’ancien Secrétaire d’Etat. En 2012, ce report avait été faible. Et cette année? “Moi, je vais voir les Français, rétorque M. Lefebvre. Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est que j’ai un projet. Je vais voir tous ces Français en leur disant à quel point il est important qu’ils se mobilisent.

Côté socialiste, on veut croire en un vote anti-Lefebvre à droite. “Il y a deux réserves de voix pour la gauche que Frédéric Lefebvre n’a pas: les abstentionnistes de gauche, qui sont là et qu’il faut aller chercher. Et les électeurs qui ont voté pour Damien Regnard et Louis Giscard  d’Estaing, et qui ne se reconnaissent pas dans la candidature de Lefebvre, analyse Sylvain Bruni, directeur de campagne de Franck Scemama. On n’est pas dans des conditions aussi bonnes que 2012 mais on va faire tout ce qui est possible pour augmenter nos chances de succès.