Le serveur parisien, cet “incompris”

Nous sommes encore sous le choc: un journal américain prend la défense du garçon de café parisien. Le Wall Street Journal a publié, jeudi, un long article pour vanter ce personnage “souvent incompris et moqué” . Un acte de bravoure journalistique.

Son auteure, Cristina Nehring, expatriée américaine à Paris, avoue pourtant être revenue de loin. “J’étais intimidée par les serveurs français. Ils semblaient impolis – et en effet ils semblaient répondre abruptement aux clients pour différentes raisons que je ne pouvais pas comprendre en tant qu’expatriée américaine à Paris. Tout comme avoir une voiture du Los Angeles Police Department se mettre à ma hauteur sur l’autoroute californienne, le fait de voir un serveur parisien arriver à ma table me rendait nerveuse. Je faisais toujours quelque chose de mal. Au fil du temps, toutefois, j’ai appris à reconnaitre – et apprécier- leur volonté curieusement exprimée de plaire, leur expertise, et la beauté de ce qu’ils fournissent et la manière dont ils le font” .

Elle va plus loin: si les Américains redoutent autant le garçon de café, c’est en raison d’un grand malentendu. Des “différences culturelles” , dit-elle. “S’ils corrigent votre prononciation, c’est parce qu’ils pensent que vous voulez bien prononcer les choses. Ils ne vous apportent pas l’addition si vous ne lui demandez pas, car il considère que c’est impoli de s’immiscer dans votre groupe. Il peut sembler parler – en particulier pour les Américains – avec une froideur impénétrable, mais c’est parce qu’il est là pour vous servir, pas pour être votre pote. ” Contrairement à son homologue américain, adepte des interventions intempestives, il ne se permettrait pas d’interrompre “le rituel du repas” pour demander “comment ça va?” . Oui, le serveur parisien se soucie de vous.

L’article comporte quelques anecdotes qui font sourire, comme l’histoire de ce serveur qui refuse de faire un jambon-beurre alors qu’il y a un sandwich au jambon et un autre au beurre au menu – “Any combination, ce n’est pas possible!’” . Ou encore le serveur qui suggère à Cristina Nehring qu’elle devrait prendre un kir plus sucré, laissant entendre que sa commande initiale n’était pas bonne pour elle. “Un homme ne contredit jamais une dame” , lui a sorti son serveur, décidemment royal au bar. Et d’ajouter “si Monsieur (son compagnon, ndlr) avait commandé ce kir, je l’aurais contredit sans hésiter” .

Pour elle, les garçons de café sont des acteurs, des “virtuoses” , qui connaissent les plats sur le bout des doigts et agissent avec élégance et professionnalisme face aux situations d’urgence, comme un verre de vin renversé. “Ces performances sont devenues normales pour moi, mais elles m’émerveillent toujours autant, même après des années dans les bistrots et cafés français. Comment font-ils? Comment équilibrent-ils ces verres, jonglent avec ces assiettes et effacent la tache de sang qui survient de temps en temps?” , se demande Cristina Nehring.

Réponse: les écoles culinaires, d’où 60% des serveurs sortent. “Les élèves à Ferrandi (une prestigieuse école de cuisine à Paris, ndlr) ne font pas que démembrer un poulet (…), ils font des exercices de théâtre, ils prennent des cours de posture, de respiration et de mode” .

“Mais non! nous ne sommes pas arrogants, raconte un serveur cité dans l’article. Nous sommes fiers” de la tradition culinaire française. Voilà, tout s’explique.

Lire l’article ici