Le PSG vient vendre ses maillots aux Etats-Unis

Youri Djorkaeff va jouer au guide touristique. L’ancien joueur de l’équipe de France qui a fini sa carrière au Red Bull New York et vit toujours dans la Big Apple sera fidèle au poste pour accueillir la vingtaine de joueurs du Paris Saint-Germain qui débarquera en ville. Il n’y aura pas de démonstration lors du passage à New York. La partie new-yorkaise ne sera qu’à «des fins touristiques», précise Bruno Skropeta, porte-parole du PSG. Au programme, un repas à Opia, shopping et détente. En revanche, l’équipe participera à Chicago au tournoi organisé par les Chicago Fire,  ainsi qu’à diverses opérations dont une avec des jeunes de quartiers défavorisés.

“C’est bien la première fois que le PSG se déplace aux USA. Cela s’explique par la volonté de développer la marque PSG sur le continent nord-americain”, explique Bruno Skropeta. L’enjeu commercial est de taille. «Les matchs de football sont maintenant retransmis en direct aux Etats-Unis. Les clubs qui ont la plus grande notoriété sont ceux qui en bénéficient le plus», explique Jérôme de Bontin, l’ancien président de l’AS Monaco, aujourd’hui basé à Chicago et qui a orchestré la venue du PSG outre-Atlantique. Le PSG, dont l’actionnaire principale est le fond d’investissements américain Colony Capital, est à la traîne par rapport à d’autres clubs européens en la matière. «Il se vend davantage du maillots de l’AC Milan ou du Real Madrid aux Etats-Unis que dans n’importe quel autre pays européen, en dehors de l’Italie ou de l’Espagne», explique Jérôme Bontin.

Une première étape pour le PSG a été de nommer un chargé de mission, Sébastien Wazels responsable du développement international du PSG et de signer il y a quelques mois un accord de collaboration avec un petit club d’Harlem. La deuxième partie du plan est de tisser des liens commerciaux et sportifs privilégiés avec la Major League Soccer pour être présent dans chacun des points de ventes des clubs américains. « Notre volonté est de multiplier ce type de partenariats, d’autant plus qu’il y a une très forte communauté française aux Etats-Unis”, expliquait Philippe Boindrieux, le président du PSG sur le site InfoPSG.com.

A l’instar du PSG, la Juventus, le Milan et le Benfica vont aussi venir aux Etats-Unis en fin de saison. Les meilleurs éléments ne seront cependant pas de la partie car ils auront pour la plupart déjà rejoint leur sélection respective pour préparer la Coupe du monde (11 juin – 11 juillet).  Une question de priorité.

- Services -