Le New York Times tire son chapeau au circonflexe

L’accent circonflexe a reçu un soutien de taille, vendredi: le New York Times. Dans un édito, l’écrivain Keith Houston rend hommage à cet accent mal compris, au centre de «la plus grosse controverse linguistique française depuis l’avénement des Freedom Fries.

Pour l’auteur, qui a signé un livre sur la typographie, le débat a au moins eu le mérite de monter que «les Français adorent vraiment, vraiment leur circonflexe.” Selon lui, l’histoire d’amour ne date pas d’hier. Elle remonte à 1740, quand «l’Académie française a popularisé l’usage de la marque” créée par la poète Aristophane dans l’Antiquité pour«allonger une voyelle ou faire monter puis baisser le ton.” Comment les gardiens de la langue française s’y sont pris? Ils ont tout simplement «supprimé les S avant les consonnes des mots de latin ancien et ont ajouté le circonflexe pour créer hôpital, hôtel, château et bien d’autres.

Keith Houston reconnait qu’il a lui-même avoir eu un rapport ambivalent envers cet accent étrange, «visiteur peu fréquent au sein de la langue anglaise” . Pour lui, dit-il, «c’était une énigme. Cela n’avait pas la flamboyance de l’accent aigü ou de l’accent grave. Il modifiait la prononciation de façon si subtile que je n’entendais pas différence. Il n’avait pas non plus l’utilité du tréma, qui divise le son des voyelles en deux. Mais quand j’ai découvert que le circonflexe remplaçait la lettre S, tout est tombé en place: des mots opaques comme bête, coût and huître se sont transformés dans leur équivalent en anglais devant mes yeux (“beast,” “cost” and “oyster).”

Heureusement pour les amoureux du circonflexe, la suppression de l’accent ne concerne que les û et î, comme il le rappelle en fin d’article. “Francophiles, typographes et connaisseurs d’orthographe peuvent se réjouir: le circonflexe n’est pas en danger d’être jeté par la fenêtre bientôt.”