Un 15 août, au “Lourdes de l’Amérique”

« C’est une eau comme une autre, mais si l’on a la foi, quelque chose peut se produire ». Liliane Bernadel, 79 ans, souffre d’un problème à l’œil droit. Avant son rendez-vous chez le médecin, elle espère que l’eau qui coule de la grotte du « Petit Lourdes », à Williamsbridge dans le Bronx, l’aidera à guérir.

Ils sont une cinquantaine à venir prier devant la grotte ce jeudi 15 août pour l’Assomption, jour où Marie, la mère du Christ, aurait été élevée au Ciel. Le « Petit Lourdes », ou « Lourdes de l’Amérique », a été inauguré le 30 mai 1939, sous la direction de Monseigneur Pasquale Lombardo, le fondateur de l’église Saint Lucy. Le lieu est largement inspiré de la ville française. C’est d’ailleurs après y avoir voyagé et avoir observé la dévotion des croyants, que Pasquale Lombardo a décidé de construire la grotte. Elle attire plus de 25.000 personnes chaque année.

A l’extérieur, plusieurs bancs sont installés pour prier. Dedans, la Vierge Marie est posée dans une niche. Elle est drapée de bleu et de blanc, comme à Lourdes, en France, et entourée de chapelets accrochés à un grillage. Une grande table a été installée pour déposer cierges et bougies, allumées par dizaines. Les croyants attendent patiemment le moment où ils pourront toucher l’eau. La plupart se mouille les bras, le visage, le crâne. Une vieille dame qui se déplace en déambulateur reste un long moment à rincer sa jambe en espérant la soigner. Nombreux sont ceux qui remplissent des bouteilles d’eau pour conserver le précieux liquide. Quelques-uns déposent des fleurs près de la source. D’autres en profitent pour prendre des photos en souvenir.

« Je crois au pouvoir curatif de l’eau, affirme Liliane Bernadel, une Haïtienne installée à Miami et de passage à New York. C’est la première fois que je viens voir la grotte mais je pense que la Vierge est partout. Si j’avais été à Lourdes en France pour mon œil, je pense que j’aurai les mêmes résultats »

Louis Gjelaj est arrivé à New York depuis l’Albanie en 2009. Il ne parle toujours pas français mais son fils âgé d’une dizaine d’années traduit l’histoire de son père : « Il vient à la grotte chaque semaine. La première fois que nous sommes venus, c’était en 2009 et un miracle s’est produit. Il a ressenti une sorte d’émotion. Depuis, il considère que sa vie est bien meilleure ». Kerry Salgado, une New Yorkaise qui souffre de dépression, y vient chaque jour. « J’y ai déjà eu une expérience miraculeuse. J’ai entendu des murmures ». Sans pouvoir expliquer ce qu’elle a clairement entendu, elle affirme se sentir mieux depuis.

A midi, l’église sonne les cloches pour l’Ave Maria. Dans la petite cour, tout le monde observe le silence dans une attitude pieuse. Puis Liliane l’Haitienne et sa famille entonnent le Salve Regina, attirant les regards de tous les visiteurs, amusés d’entendre chanter en français.

C’est la première fois que Garcia Porfidi, du New Jersey, se rend au “Lourdes du Bronx”. Il a beaucoup d’espoir : « J’ai eu une attaque, un accident vasculaire cérébral et j’espère que cette eau pourra m’aider ».