Le leader de “Hollande démission” s’invite à Washington

Pour enquiquiner François Hollande, David Van Hemelryck va loin, en l’occurence jusqu’aux Etats-Unis.

Le cerveau du collectif “Hollande démission”, qui s’est fait remarquer en huant le président lors des commémorations du 11-Novembre, a pris l’avion pour Washington, où il a déroulé, lundi en début d’après-midi, une banderole flanquée de l’adresse de son site, au Lafayette Park, juste devant la Maison blanche.

Le jeune homme, auquel l’action du 11-Novembre a valu une mise en garde à vue, était tout seul. Qu’importe. “L’idée c’était d’avoir des images choc et un symbole fort. La Maison blanche en est un“.

C’est la première fois que ce polytechnicien catholique pratiquant, qui a forgé ses convictions anti-Hollande lors de la montée en puissance de la Manif pour tous contre le mariage des homosexuels,  exporte son message à l’étranger. Il est arrivé dans la capitale américaine la semaine dernière, dit-il, en finançant son billet d’avion et son logement trouvé sur air’b’nb par les donations de soutiens. “Je suis venu seul pour des raisons d’économies. Si on m’avait financé 15 billets, j’aurais trouvé 15 militants sans problème“, lance-t-il.

hollande demission

Il dit être allé à la rencontre des francophones de Washington pour trouver des recrues. “On n’a pas besoin de deux cent personnes. Il faut juste quelques personnes pour que cela fasse écho aux 81% des Français qui n’aiment pas M. Hollande“.

Il espère pouvoir organiser d’autres actions devant la Maison blanche et au Lincoln Memorial pendant “le cirque d’Etat“, comme il l’appelle, de M. Hollande, “en fonction du nombre de militants qui se présenteront“.