Le jambon de Bayonne attaque les Etats-Unis

- in English us

Les premiers jambons de Bayonne viennent tout juste d’arriver aux Etats-Unis, et Dominique Duprat s’en réjouit.“On va devenir le premier produit français à base de viande présent sur le marché américain. C’est un événement !”, se réjouit le directeur adjoint de Delpeyrat, l’un des principaux producteurs.

En juillet 2014, les producteurs de jambon de Bayonne ont obtenu l’agrément des autorités américaines pour exporter leur produit aux Etats-Unis. Jusqu’ici, ce jambon, dont le nom est soumis à une IGP (Indication géographique protégée), était interdit, comme la grande majorité des produits de charcuterie. Le temps de préparer les jambons pour le marché américain et de les affiner pendant quelques mois, et les voici arrivés.

Dominique Duprat
Dominique Duprat

 “On commence à avoir des commandes, et normalement, le jambon de Bayonne sera dans les magasins fin août”, estime Anne Letourneur, directrice des ventes de Delpeyrat. “On débute par New York, mais l’idée est de s’étendre partout aux Etats-Unis. A New York, on sera par exemple chez Fairway, des épiceries ou supermarchés haut-de-gamme, des restaurants… On a aussi noué des contacts avec Kayser pour qu’ils lancent un sandwich au jambon de Bayonne, on a rencontré Daniel Boulud, qui réfléchit à l’inclure dans ses prochains menus”, poursuit Anne Letourneur.

Trouver sa place entre Parme et le Serrano

“Le but, c’est que le Bayonne trouve sa place entre le jambon de Parme et le Serrano”, raconte Xavier Brun, directeur export chez Fromi, qui va exporter le jambon de Bayonne Les Salaisons de l’Adour. Chez Delpeyrat, on avance même quelques chiffres : l’objectif est de vendre 250 tonnes par an aux Etats-Unis.

“Le jambon de Parme, aux USA, c’est 2.500 tonnes par an, donc cela nous parait tout à fait atteignable !”, confie Dominique Duprat. Pour cela, une campagne marketing est prévue par le Consortium du Jambon de Bayonne, qui rassemble toute la profession, et qui avait pris un stand au Fancy Food Show, fin juin. Application mobile, campagnes sur les réseaux sociaux, vidéos… Tous les moyens sont bons pour vendre du jambon.