Le gouverneur du Kentucky veut moins d’étudiants en littérature française

- in English us

Pour lutter contre la pénurie de main d’oeuvre dans son Etat, le gouverneur du Kentucky a la solution: inciter les universités publiques à former leurs étudiants à des “choses que les gens veulent” , comprenez plus d’ingénieurs et moins de spécialistes de littérature française.

Il y aura plus d’incitations pour les ingénieurs électriques que les programmes de littérature française” le républicain Matt Bevin a-t-il dit à un groupe de journaliste, vendredi, selon l’agence de presse Associated Press. Le gouverneur détaillait son budget pour les deux ans qui viennent. “Tous les gens au monde qui veulent étudier la littérature française le peuvent, mais ils ne seront pas subventionnés par le contribuable.

Selon l’AP, Bevin entend faire passer le système des “state colleges” du Kentucky dans un modèle basé sur la performance, où chaque établissement recevrait des subventions publiques en fonction des taux de réussite aux examens au sein de certains programmes.

Dans le Kentucky, qui manque de main d’oeuvre qualifiée depuis plusieurs années en raison de la crise économique de 2008 et de sa démographie, plusieurs voix se sont élevées pour accuser le gouverneur de vouloir forcer la main des étudiants en les obligeant à étudier certaines disciplines et pas d’autres.

Jeffrey Peters, professeur de littérature française à l’Université du Kentucky a signé une tribune dans le Lexington Herald Leader pour rappeler que Bevin a un diplôme d’études asiatiques qui “n’a pas fait de mal à sa carrière.” “En ces temps de globalisation rapide, les étudiants dans nos départements apprennent à devenir des citoyens complets, en étudiant à l’étranger ou en étudiant les grands penseurs et artistes du monde, anciens et modernes, occidentaux et orientaux” , écrit-il.

 

- Services -