Selon une étude, le “French Kiss” est dégueulasse

Chers Français, arrêtez de vous vanter avec votre “French Kiss” auprès des Américaines. Une étude menée par un groupe de recherche hollandais révèle qu’un baiser de dix secondes est synonyme d’échange de 80 millions de bactéries.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont demandé à des couples de s’embrasser pour la science. Attention, ça n’a rien de romantique ni de sexy. Les cobayes – 21 couples – ont d’abord été interrogés en 2012 sur leurs habitudes d’embrassade : à quelle fréquence ils s’embrassent, quand ils se sont embrassés pour la dernière fois… Les scientifiques ont alors prélevé la salive des deux partenaires avant et après une “expérimentation contrôlée” , comprenez un baiser langoureux.

Avant de pratiquer un deuxième “French Kiss”, ils ont demandé à l’un des deux de consommer une boisson probiotique pour aider à identifier les bactéries sur sa langue et sur celle de son partenaire. Les conclusions sont sans appel: les bactéries de l’un se nichent dans la bouche du partenaire et peuvent y survivre, en particulier sur la langue où le nombre de bactéries transférées demeure stable.

Mais pas de panique, vous pourrez toujours dire à votre “date”, entre le plat principal et le dessert, que la plupart des microbes finissent par disparaitre. Le professeur Remco Kort de l’institut de recherches TNO, auteur de l’étude, a confirmé à la BBC que “sur les microbes qui ont été transférés, seuls quelques-uns semblent rester sur la langue. ” Ouf !